Ecoutez Radio Sputnik
    Mohammad Javad Zarif

    Téhéran nie avoir arraisonné un pétrolier et affirme qu'il s'agit d'un petit navire de contrebande

    © REUTERS / Carlo Allegri
    International
    URL courte
    2231

    Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a commenté les informations des médias sur l'arraisonnement présumé d'un bateau transportant du pétrole de contrebande. Selon lui, il ne s'agit pas d'un pétrolier, mais d'un petit navire capable de transporter près d'un million de litres de pétrole.

    Le navire arraisonné par l'Iran pour ses activités de contrebande n'était pas un pétrolier capable de transporter un million de barils de pétrole, mais un petit bateau qui peut transporter près d'un million de litres d'or noir, a déclaré ce jeudi 18 juillet le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.

    «Le navire arraisonné était un petit navire transportant un million de litres de pétrole, et non un million de barils de pétrole. Nous le faisons tous les jours. Ce sont des gens qui essaient de faire passer notre pétrole en contrebande tous les jours», a déclaré le ministre cité par la chaîne de télévision iranienne Press TV.

    La chaîne avait précédemment publié une vidéo du navire en question.

    ​Arraisonnement d'un bateau transportant du pétrole de contrebande

    L'agence iranienne Tasnim a annoncé jeudi que le corps des Gardiens de la révolution islamique avait arraisonné un pétrolier étranger qui se livrait à de la contrebande dans le golfe Persique le 14 juillet, sans pour autant préciser le nom du navire ni son pays d’appartenance. Selon l'agence FARS, le pétrolier avait 12 membres de l'équipage à son bord.

    L’agence Associated Press, citant une source au sein du Pentagone, a plus tard rapporté que l’Iran avait pu arraisonner le pétrolier MT Riah appartenant à une compagnie basée à Dubaï, qui avait cessé de communiquer sa position alors qu’il traversait le détroit d’Ormuz peu avant le 14 juillet.

    La chaîne Al-Arabiya avait pour sa part indiqué que le pétrolier MT Riah qui, selon les données des sites suivant la circulation des navires, avait cessé de communiquer sa position, n’avait pas lancé de signal de détresse.

    Un navire sous pavillon émirati, britannique ou panaméen?

    Selon la chaîne d’État IRIB, le navire arraisonné par les Gardiens de la révolution islamique battait pavillon panaméen, alors que l’agence YJC a affirmé que le navire battait pavillon britannique.

    Selon YJC, le Royaume-Uni et les États-Unis souhaiteraient que le pétrolier figure comme appartenant aux Émirats arabes unis, mais ceux-ci auraient refusé de le reconnaître comme leur.

    Londres a démenti l'information sur le pavillon britannique du navire arraisonné par l’Iran et suspecté de transporter du carburant de contrebande.

    Arraisonnement sur arraisonnement

    Début juillet, la police et les douanes de Gibraltar, assistées d'un détachement de Royal Marines britanniques ont arraisonné un pétrolier iranien. En réaction, Téhéran a dénoncé «un acte de piraterie».

    Le guide suprême de la Révolution islamique, l’ayatollah Ali Khamenei, avait notamment promis que l’Iran y répondrait «au moment et à l'endroit opportuns», sans donner plus de précisions.

    Lire aussi:

    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Poutine en France: des chasseurs suisses s'approchent de l'avion transportant une délégation russe - vidéo
    La gendarmerie italienne donne des précisions sur le randonneur français retrouvé mort
    Tags:
    MT Riah (pétrolier), contrebande, Mohammad Javad Zarif, arraisonnement, Iran, pétrolier
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik