Ecoutez Radio Sputnik
    Bundestag, Deutschland (Archiv)

    Les sanctions réorientent la Russie vers la Chine, selon un député du Bundestag

    CC BY 2.0 / Andy Hay / Reichstag, Berlin
    International
    URL courte
    8391

    Les sanctions antirusses sont inutiles et leur maintien nuit aux entreprises allemandes et pousse la Russie à se tourner définitivement vers la Chine, selon le président de la commission de l’économie et de l’énergie du Bundestag, Klaus Ernst.

    Les sanctions antirusses sont inefficaces et réorientent la Russie vers des relations commerciales avec la Chine, a déclaré le président de la commission de l’économie et de l’énergie du Bundestag, Klaus Ernst, dans un entretien avec la station de radio Deutschlandfunk.

    «Si vous prescrivez un médicament et si vous constatez qu’il n’a aucun effet et, au contraire, qu’il est nocif, y compris pour les entreprises allemandes, vous devez penser que, peut-être, c’est un mauvais médicament», a déclaré le député allemand.

    Selon lui, la politique de sanctions cristallise les tensions entre les pays et pourrait alimenter une autre source de discorde.

    Réorientation vers la Chine

    «À la suite de ces sanctions, la Russie s’est réorientée économiquement vers la Chine, en essayant d’améliorer considérablement ses relations commerciales avec les Chinois», a-t-il signalé.

    Le député a également déploré les récentes déclarations de la nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen sur la nécessité de ne pas faire montre de faiblesse à l’égard des sanctions antirusses.

    L’effet des sanctions

    «Cela n'aide pas. Je l'ai déjà mentionné, cela n'a aucun effet. Cela a pour effet de nuire beaucoup plus aux entreprises européennes, notamment à l'Allemagne de l'Est», a-t-il commenté.

    Le 27 juin, le Conseil de l’Europe a prorogé jusqu’au 31 janvier 2020 les sanctions économiques contre la Russie. À trois jours de cela, le Président russe a prolongé jusqu’à fin 2020 l’embargo sur une série de produits alimentaires que Moscou avait introduit en 2014 en réponse aux sanctions occidentales le visant en raison de la crise en Ukraine et de la réunification avec la Crimée, considérée comme une annexion par Kiev et ses alliés occidentaux.

    Lire aussi:

    Trois Françaises mineures auraient été offertes à Epstein par Brunel en «cadeau d'anniversaire»
    La maladie qui a tué Saint-Louis est de retour en France
    Uzbin, l’embuscade qui a tout changé pour l’Armée française
    Tags:
    sanctions antirusses, Klaus Ernst, Chine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik