International
URL courte
4235
S'abonner

Des villageois indiens ont laissé pour mort un homme soupçonné d’avoir tué des paons. Le meurtre de cet oiseau déclaré symbole national est passible de sept ans de prison dans le pays.

Les habitants d’un village situé dans l’État indien du Madhya Pradesh (centre) ont battu à mort un homme soupçonné d’avoir tué des paons, relate la chaîne NDTV, se référant à la police.

Selon les rapports des forces de l’ordre, les villageois ont aperçu quatre inconnus dans les champs avoisinants, et les ont pris en chasse. Ils ont réussi à attraper l’un d’entre eux, qui avait quatre paons morts avec lui. Les villageois ont passé l’homme à tabac et l’ont laissé pour mort sur le sol.

L’incident a été signalé à la police. «Les policiers sont arrivés dans le village et ont transporté l’homme grièvement blessé à l’hôpital, où il est décédé», précise la chaîne de télévision.

Les agents ont par la suite interpellé neuf personnes soupçonnées d’avoir pris part au lynchage. Dans le même temps, une enquête pour assassinat de paons a été ouverte à l’encontre du défunt et des trois autres individus.

Le paon, oiseau national de l’Inde

Largement présent dans la tradition et la culture indiennes, le paon a été déclaré oiseau national du pays en 1963.

En vertu d’une loi adoptée en 1972, tuer un paon est passible de sept ans de prison en Inde. Pourtant, ces oiseaux sont toujours chassés dans les villages pour leur chair, leurs plumes et surtout pour leur graisse, à laquelle la tradition attribue des propriétés contre l’arthrite.

Lire aussi:

Les quatre maladies qui risquent de provoquer une forme grave du Covid-19 citées par la science
Deux voyous filmés alors qu’ils incendient une voiture de police à Mulhouse - vidéo
La responsabilité française dans la radioactivité du sable du Sahara pointée par un spécialiste
Ivan Rioufol: «le discours totalement anxiogène» du gouvernement sur le Covid-19 a «abruti» les Français - vidéo
Tags:
lynchage, oiseaux, animaux, meurtre, Inde, paons
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook