International
URL courte
126
S'abonner

Environ 1.800 pompiers luttent contre d’importants feux de forêt qui se sont déclarés samedi 19 juillet, dans le district portugais de Castelo Branco, et ont déjà fait 20 blessés, rapportent les médias.

Au moins 20 personnes, dont huit pompiers et 12 civils, ont été blessées dans les puissants incendies qui ravagent depuis samedi 20 juillet les forêts du district de Castelo Branco, à 200 km au nord-est de Lisbonne, au Portugal, indique la chaîne de télévision publique RTP.

Pour lutter contre ces sinistres, aggravés par les vents violents, les autorités ont dû mobiliser environ 1.800 pompiers, 19 avions bombardiers d'eau et une centaine de véhicules.

À la demande du Portugal, les satellites du système Copernic de l'Union européenne ont fait des cartes satellitaires des incendies. «L'UE est prête à fournir davantage d'aide», a déclaré le commissaire européen chargé de la gestion des crises, Christos Stylianides, cité par RTP.

Le ministre portugais de l'Intérieur, Eduardo Cabrita, n’a pas exclu une origine criminelle. Il a notamment qualifié d’«étrange» le fait que cinq incendies de grande ampleur ont commencé non loin les uns des autres.

Selon RTP, la police a arrêté samedi 19 juillet un homme de 55 ans, soupçonné d'avoir provoqué un incendie près de la ville de Castelo Branco. Le suspect, cependant, n'aurait pas été impliqué dans les grands incendies de la région.

Largement boisées, les régions du centre du pays sont régulièrement la proie de feux de forêt. Entre juin et octobre 2017, ces incendies ont tué en tout 114 personnes.

Lire aussi:

Violent incendie dans le IIe arrondissement de Paris - vidéo
Un homme tabassé après avoir chassé des manifestants avec une machette aux USA – vidéo choc
Trois faux policiers interpellés à Paris en pleine arrestation raciste censée discréditer la police
«C’est un tribunal corrompu»: Mike Pompeo veut empêcher la Cour pénale internationale de poursuivre Israël
Tags:
incendie de forêt, incendie, Portugal
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook