International
URL courte
2711912
S'abonner

17 Iraniens ont été arrêtés en Iran dans le cadre du démantèlement d'un «réseau d'espions» de la CIA, et certains d'entre eux ont été condamnés à mort, ont annoncé le 22 juillet les autorités iraniennes.

Les autorités iraniennes ont arrêté 17 espions travaillant pour le compte de la CIA et condamné à mort certains d'entre eux, ont rapporté les médias iraniens.

«Ceux qui ont délibérément trahi leur pays ont été remis à la justice. Certains ont été condamnés à mort et d'autres à de longues peines de prison», a déclaré à la presse le chef du contre-espionnage au ministère des Renseignements iranien, dont l'identité n'a pas été révélée.

Dans un communiqué lu à la télévision, le ministère iranien des Renseignements et de la Sécurité nationale a annoncé que les 17 espions avaient été arrêtés au cours de l'année iranienne qui a pris fin en mars 2019.

L’agence de presse Tasnim a relayé des images montrant, selon elle, des agents de la CIA et des personnes qui étaient en contact avec les espions présumés.

Trump réagit

Le Président américain a qualifié de «totalement fausses» les affirmations de Téhéran selon lesquelles un réseau d'espions iraniens de la CIA a été démantelé.

«Les informations selon lesquelles l'Iran aurait arrêté des espions de la CIA sont totalement fausses. Pas une once de vérité. Encore des mensonges et de la propagande (comme leur drone qui a été abattu) mis en avant par un régime religieux qui échoue lamentablement et ne sait pas quoi faire. Leur économie est morte et cela va empirer», a tweeté Donald Trump.

Lire aussi:

Un sous-marin US était prêt à couler des navires russes au large de la Syrie en 2018, selon Fox News
Des journalistes de BFM TV verbalisés par la police dans un restaurant clandestin à Paris
Une base aérienne américaine en Irak subit une attaque «massive» de roquettes
En Suède, 8 personnes blessées à l'arme blanche dans une «attaque terroriste» présumée - images
Tags:
peine de mort, espionnage, CIA, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook