International
URL courte
152614
S'abonner

En Angleterre, lors du Royal International Air Tattoo, l’entreprise Airbus a révélé son modèle d’avion hybride électrique appelé «oiseau de proie» et qui imite les ailes d’un aigle dont les concepteurs se sont inspirés.

Airbus a présenté le modèle futuriste d’avion que l’entreprise a imaginé avec des ailes qui ressemblent à celles d’un vrai oiseau, en dévoilant son concept lors du Royal International Air Tattoo, en Angleterre. Les concepteurs ont avoué qu’ils avaient été inspirés par les aigles.

Le nouveau concept de cet avion du futur a toutefois pour but de faire des économies de carburant.

Les ailes de l’avion imitent les plumes des oiseaux de proie, elles sont réalisées en matériaux composites et contrôlées individuellement pour permettre un contrôle actif du vol, selon Airbus. Pour chercher de nouvelles idées, le concept de production inspirée par la nature, baptisé biomimétisme, offre un grand potentiel pour les constructeurs qui visent à développer des appareils plus durables, propres et silencieux, apprend-on.

«L’une des priorités pour l’industrie de l’aviation est comment la rendre plus durable – en rendant les avions plus propres, plus "verts" et plus silencieux», a confié Martin Aston, senior-manager chez Airbus.

Pour les concepts inspirés par la nature, les ingénieurs étudient la vie des animaux et oiseaux.

Les précédents concepts d’Airbus

En mai, Airbus avait dévoilé à Toulouse à l’occasion de ses journées innovations un nouveau concept d’ailes qui s’inspire de l’albatros. L'idée consiste à laisser les bouts d'ailes libres de leurs mouvements.

Lire aussi:

Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Coronavirus: l’épidémie fait monter le cours de l’or et «la banque centrale américaine ne le veut pas»
Un grand requin blanc filmé au plus près par deux pêcheurs insouciants – vidéo
Deux militaires turcs tués dans une frappe à Idlib, 114 cibles syriennes éliminées dans une contre-attaque
Tags:
avion, Airbus
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook