Ecoutez Radio Sputnik
    In this photo released by the official website of the office of the Iranian Presidency, a fighter jet flies over Iranian flags during the army parade commemorating National Army Day in front of the shrine of the late revolutionary founder Ayatollah Khomeini, just outside Tehran, Iran, Thursday, April 18, 2019

    L’Iran affirme qu’aucun de ses drones n’a été abattu par l’armée américaine

    © AP Photo / Iranian Presidency Office
    International
    URL courte
    Escalade des tensions entre les États-Unis et l'Iran (2019) (36)
    14374

    L’Iran a rejeté les affirmations de l’armée américaine en indiquant qu’aucun de ses drones n’avait été abattu. Le Pentagone avait plus tôt annoncé avoir visé deux appareils iraniens la semaine dernière.

    Aucun drone iranien n’a été abattu, a déclaré mercredi 24 juillet le ministre iranien de la Défense, Amir Hatami, démentant les propos de l’armée américaine. Celle-ci affirme avoir visé deux appareils la semaine dernière.

    Les États-Unis ont déclaré le 18 juillet qu'un navire de leur Marine avait «détruit» un drone iranien dans le détroit d'Ormuz après que l’appareil a menacé le bateau. L'Iran a indiqué qu'il n'avait aucune information concernant la perte d'un drone.

    Le 23 juillet, l'armée américaine a annoncé qu'un de ses navires avait lancé «une action défensive» contre un deuxième drone iranien dans le détroit d'Ormuz, mais sans voir ce dernier tomber à l'eau.

    «Nous avons montré l’épave du drone [américain, ndlr] que nous avons abattu», a déclaré Hatami, cité par l’agence Isna. «Si quelqu'un prétend avoir abattu notre drone, montrez-le. Aucun drone de la République islamique d'Iran n'a été abattu.»

    Rohani met en garde Washington

    Le Président iranien Hassan Rohani a déclaré que si un autre drone américain franchissait les frontières de la République islamique, il serait également abattu.

    Avertissement donné à Londres

    Téhéran s’est adressé à Boris Johnson, tout juste désigné pour devenir le nouveau Premier ministre britannique, en affirmant que l'Iran ne cherchait pas l’escalade des tensions mais comptait bien protéger le Golfe.

    Des membres d’équipage vus à l’intérieur du pétrolier britannique saisi par l’Iran – première photo
    © AFP 2019 ABED GHASEMI
    Des membres d’équipage vus à l’intérieur du pétrolier britannique saisi par l’Iran

    «Nous ne permettrons à personne de semer le désordre dans le golfe Persique et le détroit d'Ormuz, mais nous ne cherchons en tout cas pas l'escalade ni la confrontation militaire», a déclaré M.Rohani, dont le discours est publié sur son site officiel.

    Le Président iranien a ajouté que le détroit d'Ormuz n'était pas une plate-forme pour «jouer avec les réglementations internationales». Il a également mentionné la récente saisie du pétrolier britannique Stena Impero par le corps des Gardes de la révolution islamique, évoquant une opération professionnelle.

    Tensions entre Washington et Téhéran

    Les tensions sont montées d'un cran entre Téhéran et Washington, après l'annonce en mai 2018 du retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien et du rétablissement de certaines sanctions.

    L'Iran a annoncé début juillet avoir dépassé le seuil limite d'enrichissement d'uranium qui lui était imposé.

    Un pétrolier iranien, le Grace 1, a par ailleurs été saisi le 4 juillet par les Royal Marines au large de Gibraltar. Londres a justifié son geste en affirmant que le bateau transportait du pétrole destiné à la Syrie, en violation des sanctions internationales, ce que Téhéran dément. Une quinzaine de jours plus tard, l’Iran a à son tour arraisonné le pétrolier britannique Stena Impero. Selon les autorités maritimes iraniennes, le pétrolier saisi «avait menacé la sécurité maritime» dans le détroit d'Ormuz, par où transite un cinquième de la consommation mondiale de pétrole.

    Dossier:
    Escalade des tensions entre les États-Unis et l'Iran (2019) (36)

    Lire aussi:

    La diplomatie polonaise assure avoir trouvé le moyen d’«effrayer la Russie»
    Un goéland avale un bébé requin vivant – vidéo
    Macron appelle les Français à se «réconcilier» et dénonce «l'esprit de résignation»
    Tags:
    Détroit d'Ormuz, drone, États-Unis, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik