International
URL courte
31406
S'abonner

Face à la pression américaine, Ankara se montre résolu à maintenir ses achats de missiles russes S-400 et menace de revenir sur ses commandes d’avions américains Boeing. Parallèlement, il négocie un achat d’avions avec Moscou.

Le Président turc a déclaré que son gouvernement pourrait «revenir sur» les commandes existantes d’avions de Boeing, d’un montant d’environ 10 milliards de dollars, dans des commentaires reflétant les tensions du pays avec les États-Unis, relate Bloomberg.

«J’ai dit à M.Trump, à Osaka, que même si la Turquie n’achetait pas de [missiles] Patriot, elle achetait des Boeing. Nous sommes de bons clients. Mais si cela [la pression] continue, nous devrons revenir sur cette question», a déclaré Recep Tayyip Erdogan le 26 juillet à Ankara.

Ankara persiste

Les relations entre les États-Unis et la Turquie se sont dégradées lorsque Ankara a décidé d’acheter des systèmes de défense antimissile russes S-400, ce qui, de l’avis de Washington, est incompatible avec son rôle de membre de l’Otan et avec l’achat d’avions de combat américains F-35.

Ankara a déclaré ne pas avoir l’intention de renoncer à ces projets et s’apprête à mettre complètement en service les S-400 au printemps 2020.

Lors d’une récente rencontre à Antalya, des responsables russes et turcs ont examiné, dans le cadre d’une commission intergouvernementale, la livraison d’avions russes SSJ 100 et MS-21 à la Turquie, a fait savoir à la télévision russe le ministre russe de l’Énergie Alexandre Novak. Il s’agit entre autres de créer, en perspective, une entreprise conjointe de fabrication d’hélicoptères, selon lui.

Lire aussi:

La France attend toujours «des explications» après l’abandon du contrat sur les sous-marins
«Injectés ou éjectés?»: 10e acte de manifestations contre le pass sanitaire que Macron compte alléger
Sous-marins: Canberra et Washington réagissent au rappel des ambassadeurs français
Le canon Caesar toujours aussi performant: Prague proche d’en commander 52 unités
Tags:
Boeing, Turquie, États-Unis, Russie, SSJ-100, Recep Tayyip Erdogan, S-400
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook