Ecoutez Radio Sputnik
    Détroit d'Ormuz

    Téhéran prévient qu'une guerre avec l’Iran serait «la mère de toutes les guerres»

    © AFP 2019 EBRAHIM NOROOZI / JAMEJAM ONLINE
    International
    URL courte
    491519

    En pleines tensions entre Téhéran et Washington, le Président Rohani a affirmé qu’une guerre avec l’Iran serait la mère de toutes les guerres et a annoncé les conditions à remplir pour préserver la paix avec son pays, indique la chaîne locale IRIB.

    Sur fond d’escalade des tensions au Moyen-Orient entre les États-Unis et l’Iran, le Président iranien a déclaré qu’une guerre avec son pays pourrait devenir «la mère de toutes les guerres», lors d’une rencontre avec la direction du ministère iranien des Affaires étrangères, rapporte la chaîne locale IRIB.

    «Une paix avec l’Iran est la mère de toute paix, alors qu’une guerre avec l’Iran est la mère de toutes les guerres, je le répète à nouveau. La paix se fait en échange de la paix», a affirmé Hassan Rohani.

    «Si vous voulez de la sécurité, si vos soldats veulent être en sécurité dans la région, vous ne pouvez pas porter atteinte à notre sécurité tout en vous attendant à être en sécurité vous-mêmes», a-t-il précisé.

    Pour que l’Iran reprenne les négociations avec les États-Unis, ces derniers doivent lever les sanctions actuelles, a-t-il souligné.

    Tensions entre Téhéran et Washington

    Les tensions sont montées d’un cran entre les deux pays après l’annonce en mai 2018 du retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien et du rétablissement de certaines sanctions.

    Ces derniers temps, les tensions se renforcent dans les golfes Persique et d’Oman. Au mois de juin 2019, les deux pétroliers Front Altair et Kokuka Courageous ont été attaqués dans le golfe d’Oman. Les États-Unis ont attribué la responsabilité de l'incident à l'Iran. Ce dernier a nié son implication.

    Plus tard, des militaires iraniens ont abattu un drone américain qui avait violé l’espace aérien du pays, d’après les autorités de la République islamique iranienne, alors que les États-Unis ont déclaré que l’appareil se trouvait dans l’espace aérien international. En juillet, le Pentagone a annoncé avoir visé deux drones iraniens dans le détroit d’Ormuz. Cependant, l’Iran n’a pas confirmé cette information.

    Une série d’arraisonnements de navires

    Le 19 juillet, Téhéran a annoncé avoir saisi le pétrolier britannique Stena Impero dans le détroit d’Ormuz pour avoir violé le droit maritime. Cet incident est survenu après l’arraisonnement par les forces britanniques d’un tanker iranien au large de Gibraltar.

    Le 14 juillet, le corps des Gardiens de la révolution islamique avait saisi le pétrolier panaméen Riah dans le golfe Persique. Cependant, il ne s’agissait que d’un bateau capable de transporter un million de litres de pétrole, selon le ministère iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.

    Le troisième arraisonnement en un mois a eu lieu le 31 juillet, lorsqu’un navire irakien transportant du carburant de contrebande a été saisi par les Pasdaran, d’après les déclarations du corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI). À son tour, le ministère irakien du Pétrole a démenti cette accusation.

    Lire aussi:

    La diplomatie polonaise assure avoir trouvé le moyen d’«effrayer la Russie»
    Un goéland avale un bébé requin vivant – vidéo
    La Chine prête à l’«option nucléaire» dans sa guerre commerciale avec les États-Unis
    Tags:
    Pentagone, Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), Stena Impero (pétrolier), Golfe persique, Détroit d'Ormuz, navires, guerre, drone, pétrolier, IRIB, Hassan Rohani, Washington, Téhéran, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik