Ecoutez Radio Sputnik
    US President Barack Obama and President-elect Donald Trump shake hands during a transition planning meeting in the Oval Office at the White House on November 10, 2016

    Tuerie de masse d’El Paso: Barack Obama met en cause Donald Trump sans le nommer

    © AFP 2019 Jim Watson
    International
    URL courte
    Par
    16617
    S'abonner

    Dans un texte paru ce lundi, 5 août, Barack Obama a fustigé le langage tenu par certains élus américains -comprendre: Donald Trump- les tenants responsables de la tuerie d’El Paso. D’ordinaire en retrait de la vie publique, celui qui avait été marqué durant sa présidence par ces tueries de masse, est sorti du silence.

    De nombreuses voix se font entendre suite aux tueries de masses d’el Paso et Dayton ce 3 et 4 août, mais il en est une qui résonne plus que les autres: celle de Barack Obama. Silencieux depuis qu’il a quitté ses fonctions, le 44e président des Etats-Unis ne prend que très rarement position dans le débat public, plutôt cantonné au travail de sa Fondation Obama.

    Néanmoins, celui qui avait versé des larmes en conférence de presse après une de ces tueries de masse, n’a pas pu rester silencieux après cet énième bain de sang. Et ce, en mettant en cause, avec un lexique à peine masqué, son successeur Donald Trump:

    «Nous devons rejeter tout ce vocabulaire sortant de la bouche de nos leaders qui nourrit un climat de peur, de haine ou qui normalise le sentiment de racisme; les leaders qui diabolisent ceux qui ne nous ressemblent pas, qui suggèrent que les autres, les immigrants menacent notre mode de vie.»

    En cause: la banalisation d’un discours, qu’il qualifie de raciste et dont il rappel, avec gravité, qu’il a déjà mené aux pires atrocités dans l’histoire récente de l’humanité.

     «Ce langage n’est pas nouveau -il a été à la racine des pires tragédies humaines à travers l’histoire. Il est à la racine de l’esclavage et des lois Jim Crow, de l’Holocauste, du génocide rwandais et du nettoyage ethnique dans les Balkans», souligne Barack Obama.    

     Durant sa campagne et ensuite sa présidence, le 45e Président des Etats-Unis a été accusé à de nombreuses reprises d’entretenir un discours «raciste», «xénophobe» et bien d’autres qualificatifs du même registre. Au mois de juillet dernier par exemple, Donald Trump avait défrayé la chronique en multipliant les tweets invitant certaines parlementaires démocrates à «retourner d’où elles viennent».

    Suite à la tuerie d’El Paso c’est surtout le terme «d’invasion», souvent utilisé par Donald Trump, qui est mis en cause. En effet, le tueur a fait référence dans son manifeste à ce terme régulièrement employé par Donald Trump. Un lexique qui selon le Président Obama «n’a aucune place dans la politique et la vie publique» américaine.

    En effet, quelques minutes avant le drame d’El Paso, un manifeste est apparu en ligne signé par le tueur justifiant son action par la crainte d’une «invasion hispanique du Texas» et d’un «grand remplacement». Une dimension idéologique proche de la tuerie de Christchurch en Nouvelle-Zélande qui avait fait 51 morts et 49 blessés.

    Le sujet du contrôle de l’accès aux armes à feu a été, de son propre aveu, un des plus grands regrets du Président Obama durant sa présidence. Un manque de contrôle qu’il n’oublie pas de souligner dans son post, mais qui est marginal par rapport à l’attaque frontal envers son successeur. 

    Depuis le début de l’année 2019, l’organisation à but non-lucratif Gun Violence Archive recense pas moins de 255 tueries de masse aux Etats-Unis. Ces carnages ne sont pas nouveaux dans le pays où les armes sont en vente libre, mais les motifs de celui d’El Paso le 3 août dernier le sont.

    Tuerie de masse d’El Paso: Donald Trump va avoir du mal à convaincre les Américains
    © Sputnik . Bruno Marty
    Tuerie de masse d’El Paso: Donald Trump va avoir du mal à convaincre les Américains
    Tags:
    tuerie, El Paso, Barack Obama, Donald Trump
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik