Ecoutez Radio Sputnik
    la police devant la maison de Sergueï Skripal, à Salisbury

    Scotland Yard: «pas de preuves» accablant le Kremlin dans l'affaire Skripal

    © Sputnik . Denis Voroshilov
    International
    URL courte
    Affaire Skripal (128)
    56954
    S'abonner

    Après avoir recherché un lien possible entre le Kremlin et l'empoisonnement de Sergueï Skripal et sa fille Ioulia à Salisbury, la police britannique a dénoncé des spéculations autour de cette affaire et a avoué n'avoir aucune preuve d'une quelconque implication du Président russe, selon le Guardian.

    Les responsables de Scotland Yard ont entrepris de vérifier si le Président russe pouvait être lié de près ou de loin à l'empoisonnement de l'ex-colonel du GRU, Sergueï Skripal, à Salisbury. En conséquence, la police a admis qu’elle n’avait aucune preuve que le dirigeant russe puisse jouer un rôle dans cette affaire, a rapporté le 7 août le Guardian.

    «Nous sommes policiers, nous devons donc travailler avec des preuves. Il y avait beaucoup de spéculations sur qui en était responsable, sur qui donnait les ordres - toutes étaient basées sur des estimations d’experts de la Russie. J'ai besoin de preuves», a déclaré le chef adjoint de Scotland Yard, Neil Basu.

    Il a toutefois précisé que la police était prête à engager des poursuites contre Alexandre Petrov et Rouslan Bochirov, que l'enquête qualifie de «concernés dans l'empoisonnement des Skripal».

    Empoisonnement à Salisbury

    L'ex-agent double Sergueï Skripal, condamné en Russie pour haute trahison, ainsi que sa fille Ioulia, ont été empoisonnés le 4 mars 2018 à Salisbury et retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial. L'empoisonnement a provoqué un scandale international.

    Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière cet acte. Moscou nie catégoriquement son implication. Le ministère russe des Affaires étrangères a adressé à Londres une soixantaine de notes diplomatiques exigeant d'accorder à la Russie l'accès à l'enquête. Londres a laissé sans réponses toutes les propositions de Moscou de coopération en la matière.

    Le 5 septembre, le parquet britannique a formulé contre les Russes Alexandre Petrov et Rouslan Bochirov plusieurs chefs d'accusation, notamment de tentative de meurtre sur les personnes de Sergueï et Ioulia Skripal, ainsi que sur celle du policier britannique Nick Bailey.

    Dossier:
    Affaire Skripal (128)
    Tags:
    Sergueï Skripal, Ioulia Skripal, Scotland Yard, Affaire Skripal, Londres, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik