International
URL courte
484
S'abonner

Faute de preuves suffisantes pour une inculpation, le parquet de Sao Paulo a recommandé le classement sans suite de la plainte pour viol contre le footballeur Neymar par une jeune mannequin brésilienne.

Le parquet de Sao Paulo a recommandé jeudi août le classement sans suite de la plainte pour viol visant Neymar, considérant ne pas disposer de preuves suffisantes pour inculper le footballeur.

«Nous avons décidé de demander le classement sans suite», a déclaré la procureure Flávia Merlini lors d'une conférence de presse.

Un juge doit désormais décider si l'affaire qui vise Neymar doit effectivement être classée.

«Il est impossible de savoir ce qui s'est passé entre quatre murs. C'est la parole de [Neymar] contre celle de [son accusatrice], et nous ne disposons pas de preuves suffisantes pour une inculpation», a poursuivi la procureure.

«Le classement sans suite n'est pas une absolution», a-t-elle ajouté, soulignant que l'enquête pouvait être rouverte à tout moment si de nouveaux éléments étaient apportés.

Le 30 juillet, la police de Sao Paulo avait indiqué ne pas disposer «d'indices suffisants» pour engager des poursuites, indique l'AFP.

«Un piège» pour Neymar?

L'attaquant vedette du Paris Saint-Germain est accusé par Najila Trindade Mendes de Sousa, une jeune mannequin brésilienne, de l'avoir violée le 15 mai dans un hôtel parisien. 

Neymar se dit innocent et affirme que la relation qu'il a eue avec la jeune femme était consentie. Il dit être «tombé dans un piège» et son père a dénoncé des tentatives d'extorsion.

Lire aussi:

Un scientifique nucléaire iranien de haut rang assassiné près de Téhéran - images
Macron: «les images de l'agression» du producteur à Paris «sont inacceptables et nous font honte»
La Russie proteste suite à la violation de sa frontière par un destroyer US et se dit prête à réagir aux provocations
Comment les policiers ont justifié les coups portés sur le producteur de musique à Paris
Tags:
parquet, viol, Neymar, São Paulo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook