International
URL courte
4612
S'abonner

Sur fond de plusieurs attaques de poissons en Espagne, une femme a été hospitalisée avec une rupture du ligament après avoir été mordue par un poisson, indique El Mundo. Il s’agit du poisson Pomatomus saltatrix, dont la longueur peut atteindre 1,3 mètre.

Une femme a été gravement blessée alors qu’elle nageait le long de la côte Est de l’Espagne, écrit El Mundo. Des secouristes ont ensuite réussi à attraper un poisson de la même espèce, auteure de plusieurs attaques contre l’homme.

Une espagnole âgée de 40 ans a été hospitalisée avec une rupture du ligament après avoir été blessée alors qu’elle se baignait près de la plage Rebollo de Elche. Un drapeau jaune a été hissé, mais la plage n’a pas été fermée. La femme est sortie de l’hôpital deux heures plus tard, un pied dans le plâtre.

​Des spécialistes ont déterminé qu’il s’agissait d’un tassergal, ou Pomatomus saltatrix, dont la longueur peut atteindre 1,3 mètre, quand son poids peut être de 14,4 kilogrammes. Cette espèce s’approche souvent de la côte à la recherche de petits poissons, mais attaque rarement l’homme. Le lendemain, un poisson de cette espèce a été attrapé, rapporte le compte Twitter Tierra Viva.

​Ce n’est pas la première attaque de cette espèce sur l’homme dans cette région, au large des côtes espagnoles, précise le quotidien. Trois plages (El Pinet, la Marina et El Rebollo) ont été fermées au mois de juillet, après que des poissons ont mordu deux enfants âgés de sept et 10 ans.

En 2018, un enfant a été blessé, probablement par la même espèce, à la plage de Levante, à Benidorm.

Lire aussi:

Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Tags:
blessure, plâtre, attaque, hospitalisation, espèces animales, traumatisme, rupture, poisson, Espagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook