International
URL courte
5147
S'abonner

Un Français s’est présenté ce 10 août aux autorités grecques comme étant le pilote d’un hors-bord responsable d’un accident qui a fait deux morts et un blessé grave et pour lequel dix touristes français ont été placés en garde à vue.

Alors que les policiers étaient à la recherche du pilote du bateau qui a percuté une embarcation en bois en Grèce, tuant deux de ses occupants, un Français s'est présenté samedi 10 août aux autorités grecques comme étant le pilote du hors-bord, ont annoncé des garde-côtes, cités par l’AFP. Dix touristes français ont été placés en garde à vue après le drame survenu la veille.

L’homme est venu accompagné d'un avocat plusieurs heures après l'accident. Aucune information n'était alors disponible quant à comparution au parquet, a ajouté l’agence, précisant que le groupe de touristes retenus pour interrogatoire pourraient être remis en liberté.

L’accident a fait deux morts

Les touristes se trouvaient sur un hors-bord soupçonné d'avoir percuté une petite embarcation près de Porto Heli, dans le Péloponnèse, a déclaré à l'AFP une porte-parole des garde-côtes.

Deux Grecs âgés, qui étaient à bord de l'embarcation, ont été tués et une sexagénaire grecque a été grièvement blessée.

Concernant les dix Français retenus pour interrogatoire, il s’agit de deux hommes, trois femmes et cinq mineurs. Ces derniers n’étaient pas considérés comme des suspects et ont simplement accompagné leurs parents dans les bureaux des garde-côtes.

Lire aussi:

Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Les photos d’un chat-garou affolent la toile - photos
Expulsée d’un sauna à cause de son maillot de bain jugé «inapproprié», elle soupçonne une autre raison – photo
Un véhicule fonce dans la foule en Allemagne: 30 blessés, une enquête pour «tentative de meurtre» ouverte
Tags:
accident mortel, AFP, garde-côtes, pilote, bateau, blessés, morts, mineurs, touristes, Grèce, interrogatoire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook