Ecoutez Radio Sputnik
    Des pèlerins à la Mecque

    Les pèlerins à La Mecque ont commencé à «lapider Satan» dans le cadre du hajj

    © Sputnik . Mikhail Voskresenski
    International
    URL courte
    131322
    S'abonner

    Plus de deux millions de musulmans réunis à La Mecque à l’occasion du pèlerinage ont entamé ce 11 août «la lapidation de Satan», rituel à risque qui a fait quelque 2.300 morts en 2015.

    Le pèlerinage à La Mecque, en Arabie saoudite, a rassemblé cette année environ 2,5 millions de musulmans qui ont entamé dimanche 11 août le rituel de la lapidation de Satan.

    Le lancer de pierres

    Au premier jour de l'Aïd al-Adha, fête du sacrifice célébrée par tous les musulmans, de nombreux fidèles se sont rendus sur le site de la lapidation à Mina, une vallée aride près de la ville sainte de La Mecque, pour jeter sur la grande stèle symbolisant Satan sept cailloux ramassés la veille.

    «On a l'impression de lapider le diable lui-même, qu'il est devant nous», a affirmé Mahd Allam, un Égyptien cité par l’AFP, venu pour le hajj.

    Pendant trois jours, les pèlerins lanceront des pierres contre chacune des trois stèles représentant Satan.

    Le roi Salmane d'Arabie saoudite s'est rendu samedi à Mina pour «veiller au confort des pèlerins», a annoncé l'agence de presse officielle SPA.

    Selon un responsable du ministère du Hadj, Hatem ben Hassan Qadi, cité par BFM TV, «plus de 1,8 million de visas ont été délivrés en ligne, sans passer par les consulats. C'est une réussite.»

    2.300 morts lors d’une bousculade

    Le rite de la lapidation peut être dangereux. En effet, il a déjà fait des victimes par le passé: plusieurs bousculades meurtrières ont déjà eu lieu sur le site, dont la plus importante est survenue en 2015, faisant environ 2.300 morts.

    En outre, les cailloux ratent parfois leur objectif et des lanceurs sont parfois touchés par accident.

    Des centaines de policiers et de militaires, ainsi que des ambulanciers sont déployés sur le site, tandis que d’autres encadrent les flux aux abords des stèles.

    Après le rituel de la lapidation, les fidèles doivent se rendre à La Mecque, ville natale du prophète Mahomet, pour un «tour d'adieu» de la Kaaba.

    Le hajj est l'un des cinq piliers de l'islam et tout musulman est censé l’accomplir au moins une fois dans sa vie s'il en a les moyens.

    Tags:
    musulmans, visas, BFMTV, La Kaaba, Prophète Mahomet, hadj, lanceurs de pierres, AFP, Arabie Saoudite, La Mecque
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik