Ecoutez Radio Sputnik
    Une longue file d'attente près du port de Douvres (archive photo)

    «C’est une connerie»: le chef des ports français de la Manche sur les craintes du Brexit

    © AP Photo /
    International
    URL courte
    Avec ou sans accord: Londres et Bruxelles au seuil du Brexit (2019) (78)
    4294
    S'abonner

    Rien ne se passera dans les ports des deux côtés de la Manche en cas de Brexit sans accord, malgré les craintes de longues files d’attente de poids lourds, a estimé le chef des ports français de la Manche, Jean-Marc Puissesseau, cité par The Telegraph.

    Le Brexit sans accord ne causera aucun chaos dans les ports de Douvres et de Calais, a déclaré le journal britannique The Telegraph, en se référant aux propos de Jean-Marc Puissesseau, président de la société française d'exploitation des ports du détroit (SEPD), qui gère les ports de Calais et de Boulogne-sur-Mer.

    «Les autorités britanniques ont beaucoup fait […]. Je peux vous assurer qu'elles sont prêtes. Il y a certains individus au Royaume-Uni qui attisent ce catastrophisme pour leurs propres raisons. Cela a suscité beaucoup d'inquiétude, mais, fondamentalement, c'est une connerie. Rien ne va se passer au lendemain du Brexit», a indiqué M.Puissesseau, cité par le quotidien.

    D’après ce dernier, le seul changement sera le nouveau statut de pays tiers pour le Royaume-Uni, mais le trafic restera fluide si les deux parties «font leur devoir».

    Les ports français prêts depuis des mois

    En février, M.Puissesseau avait déjà déclaré à FranceInfo qu’il n'y aurait pas de bouchons dans le port de Calais.

    «Qu'il y ait un deal ou pas, nous sommes prêts», avait-t-il affirmé.

    D’après lui, la SEPD avait dépensé six millions d’euros pour réaliser les travaux nécessaires –construire des parkings, un SIVEP (Service d’inspection vétérinaire et phytosanitaire), et modifier la circulation dans la zone tourisme.

    Qu’en est-il du côté britannique de la Manche?

    Malgré les assurances de M.Puissesseau, seules 70.000 des 240.000 entreprises britanniques exportatrices vers l’UE ont sollicité un numéro d’identification d'opérateur européen (EORI) utilisé dans les téléprocédures liées au dédouanement des marchandises, rappelle The Daily Mail.

    Selon Duncan Buchanan, responsable de l’association britannique du transport routier de marchandises (Road Haulage Association), le dispositif EORI n’est qu'une pièce du puzzle et les problèmes les plus importants concernent les documents d'importation et d'exportation. Le contrôle obligatoire de ces papiers à la frontière pourrait transformer le comté de Kent, surnommé le Jardin de l’Angleterre, en parking pour poids lourds.

    «Si tout le monde arrive à Calais avec les bons documents, il n'y aura pas de problèmes, mais même aujourd'hui on ne peut pas obtenir les informations du gouvernement sur les papiers dont on a besoin pour que le camion soit considéré comme prêt à partir. C'est un trou noir d'information. Certains peuvent avoir à faire appel à un agent de dédouanement», a noté M.Buchanan.

    Selon les estimations des médias, environ 10.000 poids lourds débarquent chaque jour à Douvres.

    Brexit sans accord: dépenses supplémentaires

    Fin juillet, la Confederation of British Industry (CBI), le plus important syndicat patronal britannique, a estimé que le Royaume-Uni et l’UE n’étaient pas préparés à un éventuel Brexit sans accord le 31 octobre. Selon la CBI, cela risque de perturber plusieurs secteurs de l'économie britannique.

    Le nouveau ministre britannique des Finances, Sajid Javid, a annoncé en juillet que Londres investirait 2,1 milliards de livres supplémentaires (2,3 milliards d’euros) dans les préparatifs à un Brexit sans accord et notamment dans la création d’un nouveau parking pour poids lourds dans le Kent. Cette somme augmente de 50%, soit porte à 6,3 milliards de livres (6,8 milliards d’euros), les dépenses globales pour le Brexit sans accord et fait doubler le montant pouvant être dépensé en 2019, note le Daily Mail.

     

    Dossier:
    Avec ou sans accord: Londres et Bruxelles au seuil du Brexit (2019) (78)

    Lire aussi:

    Une femme enceinte affronte un «énorme» aigle qui attaque son chien
    Un requin tente de pénétrer dans une cage de plongeurs et trouve la mort – vidéo
    Israël envisage de frapper l’Iran pour l’empêcher d’accéder à l’arme nucléaire
    Tags:
    Société d'exploitation des ports du détroit (SEPD), Jean-Marc Puissesseau, camion, embouteillage, Kent, Royaume-Uni, France, Brexit, La Manche, Douvres, Calais
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik