Ecoutez Radio Sputnik
    An Iranian water storage tanker sails off the coast of Qeshm Island 14 February 2001 in the Strait of Hormuz

    L’Iran étrille le projet US d’une mission dans le détroit d’Ormuz

    © AFP 2019 HENGHAMEH FAHIMI
    International
    URL courte
    Escalade des tensions entre les États-Unis et l'Iran (2019) (42)
    131305
    S'abonner

    Le Président iranien Hassan Rohani a réitéré son rejet du projet américain de créer une coalition maritime dans le golfe Persique, mettant en garde contre les éventuelles conséquences de cette démarche.

    L’Iran et les pays côtiers du golfe Persique sont en mesure d’assurer la sécurité maritime de la région et n’ont pas besoin d’une force étrangère, a déclaré le chef d’État iranien, Hassan Rohani. Il a ainsi réitéré son rejet de toute mission maritime américaine dans cette zone.

    «La République islamique d'Iran est prête à assurer la sécurité de la région aux côtés des autres des États côtiers, comme elle l'a fait tout au long de son histoire», a-t-il indiqué dans un discours prononcé lors d’une réunion du cabinet et publié sur le site du Président.

    Qualifiant de «propagande» les déclarations américaines concernant la mission maritime sous sa direction, le Président iranien a prévenu qu’en cas de mise en pratique de ces initiatives, les conséquences pour la sécurité seraient néfastes.

    «Toute propagande au sujet d’une nouvelle coalition dans le golfe Persique et dans la mer d'Oman est impraticable et superficielle. Sans aucun doute, si une partie de cette propagande est mise en œuvre, elle ne sera pas bénéfique pour la sécurité de la région», a-t-il ajouté.

    Mission US dans le détroit d’Ormuz

    Les États-Unis cherchent à mettre sur pied une coalition internationale pour escorter les navires de commerce dans le golfe Persique.

    La Grande-Bretagne a annoncé qu'elle y prendrait part, mais de nombreux alliés de Washington, notamment européens, ne souhaitent pas se laisser entraîner dans un conflit ouvert dans cette région par laquelle transite le tiers du pétrole acheminé par voie maritime au monde.

    Le site d'information israélien Ynet a rapporté début août les propos chef de la diplomatie Israel Katz qui a déclaré qu'Israël était impliqué dans la mission, notamment concernant le renseignement.

    Selon le ministre iranien de la Défense, Amir Hatami, une participation israélienne serait «extrêmement provocatrice» et pourrait avoir des «conséquences désastreuses dans la région».

    Tensions dans le détroit d'Ormuz

    Le golfe Persique et les zones adjacentes sont sujets à de vives tensions depuis plusieurs semaines.

    Les Gardiens de la révolution ont arraisonné le 19 juillet le pétrolier britannique Stena Impero dans le détroit d'Ormuz «pour violation des règles internationales». 23 marins se trouvaient à bord, dont trois Russes, d'après Northern Marine Management Ltd, qui gère le pétrolier. Le Royaume-Uni avait auparavant arraisonné un pétrolier iranien à Gibraltar, accusé de livrer illégalement du pétrole à la Syrie.

    Dossier:
    Escalade des tensions entre les États-Unis et l'Iran (2019) (42)
    Tags:
    États-Unis, Hassan Rohani, Détroit d'Ormuz, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik