International
URL courte
2218927
S'abonner

Pour le commandant du Corps des Gardiens de la révolution islamique, Hossein Salami, le Hezbollah possède désormais les moyens nécessaires à «l’élimination d’Israël», rapportent des médias.

Le Hezbollah a «acquis des capacités en Syrie lui permettant seul de détruire Israël», a annoncé mercredi 14 août Hossein Salami, commandant du Corps des Gardiens de la révolution islamique, propos auxquels se réfèrent les médias.

M.Salami s’est aussi prononcé sur les tensions entre l’Iran et les États-Unis en soulignant que mener des négociations avec Washington «n’[était] pas la solution».

Exercices militaires d'Israël
© Sputnik . Service de presse de l'armée israélienne
«L'ennemi augmente la pression et les exigences lors d'un dialogue et vise à nous forcer à nous rendre», a-t-il dit.

D’après lui, l’Iran améliorerait ses capacités de défense militaire et s'occuperait d’éradiquer la pauvreté dans la République islamique grâce à une «position solide».

«Rayer Israël de la carte»

Le 12 juillet, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a annoncé sur Al-Manar, la chaîne de télévision du groupe chiite, qu’un éventuel conflit militaire entre les États-Unis et l’Iran pourrait «rayer Israël de la carte», ajoutant que les forces de la région se devaient de prévenir toute guerre. Il a en outre souligné que le mouvement réduisait le nombre de ses combattants en Syrie.

Le dirigeant de l'organisation chiite libanaise a également déclaré que Washington cherchait à établir des canaux de communication avec celle-ci, tout en imposant des sanctions à ses chefs.

Lire aussi:

Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Quelle a été la réaction de l’épouse de Benjamin Griveaux à la publication de ses vidéos X?
Au Cameroun, les mangeurs de chats et de chiens n’en démordent pas…
Tags:
Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), Hezbollah, Iran, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook