International
URL courte
1263
S'abonner

Les États Schengen ont décidé de durcir les conditions d’octroi de visas après avoir adapté le code européen, afin de défendre leurs intérêts dans le domaine des retours. L’obtention d’un visa sera plus chère et l'État pourra faire pression dans le domaine des retours.

La Suisse a décidé de durcir sa politique de visas à partir du 1 février 2020, reprenant la dernière adaptation du code des visas européen, rapporte 20 minutes.

L’obtention d’un visa sera plus chère et l’État pourra faire pression dans le domaine des retours. Les modifications législatives nécessaires ont été adoptées mercredi 14 août par le Conseil fédéral.

Les États Schengen ont adapté le code européen pour défendre leurs intérêts dans le domaine des retours. Ils ont l’intention d’exercer une plus grande pression sur les pays tiers peu coopératifs grâce à la politique menée en matière de visas.

En outre, pour recevoir une autorisation de séjour dans un pays Schengen, les adultes devront payer entre 60 euros et 80 euros. Pour les mineurs de 6 à 12 ans, le prix augmentera de 5 euros pour atteindre 40 euros.

Toutefois, les procédures de délivrance de visas deviendront plus rapides et plus souples. De plus, une demande d’autorisation de séjour pourra être soumise six mois avant le voyage prévu, au lieu de trois auparavant, et elle pourra se faire en ligne.

Quant aux permis de séjours à entrées multiples, ils pourront être délivrés pour une plus longue période.

Lire aussi:

Ce que l'on sait sur Alexandra De Taddeo, la compagne de Pavlenski qui aurait reçu les vidéos X de Griveaux
«Il a tiré quatre balles dans la poitrine d’Asoman»: après qu’on a abattu son chien, elle pense à fuir l’Afghanistan
Vidéos de Griveaux: quand le complotisme antirusse atteint le pouvoir français pour faire diversion
Tags:
Suisse, code, Espace Schengen, visas
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook