International
URL courte
777
S'abonner

Le «Spiderman» français Alain Robert a escaladé le 16 août au matin un gratte-ciel de Hong Kong avant d'y déployer une «banderole de la paix» au moment où l'ex-colonie britannique vit une crise politique majeure avec des manifestations régulières pour réclamer plus de démocratie.

Le Français Alain Robert de 57 ans, qui s'est spécialisé dans l'escalade d'immeubles, a gravi les 68 étages du Cheung Kong Center, dans le quartier financier de Central, alors que le temps était chaud et humide.

Lors de cette ascension, il a déployé une banderole figurant les drapeaux chinois et hongkongais réunis, ainsi qu'une poignée de mains.

Avant de commencer à escalader le bâtiment, il a rendu public un communiqué pour expliquer que cette action était «un appel urgent à des consultations entre les Hongkongais et leur gouvernement».

«Peut-être que ce que je fais fera baisser la température et provoquera des sourires. C'est en tout cas ce que j'espère», a-t-il dit dans un communiqué.

M. Robert est maintes fois venu à Hong Kong escalader ses immeubles, rappelle l'AFP. La ville compte la concentration de gratte-ciel la plus élevée au monde. Il avait notamment escaladé deux fois le Cheung Kong Center.

Situation tendue à Hong Kong

Des manifestations ont commencé à Hong Kong début juin en réponse au projet de l’administration locale de modifier la loi sur l’extradition. Les amendements, s’ils sont approuvés, pourraient permettre à Hong Kong d'extrader les suspects vers des juridictions avec lesquelles il n'a pas conclu d'accord d'extradition, y compris Taïwan, Macao et la Chine continentale.

Lire aussi:

Le Hamas lance un nouveau barrage de roquettes vers Israël
Moscou exige qu’Israël cesse «immédiatement et entièrement» sa politique de colonisation
Plus de 120 généraux américains accusent Biden d’avoir volé la victoire à Trump
Un migrant en tue un autre et tente de violer une femme en pleine rue en 24h à Paris
Tags:
manifestation, banderole, Alain Robert, Hong Kong
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook