Ecoutez Radio Sputnik
    Pétrole: le baril de Brent

    La demande en pétrole russe a été «boostée» par les sanctions US, explique Bloomberg

    © Photo: AP/Hasan Jamali
    International
    URL courte
    1290
    S'abonner

    Depuis début 2019, le pétrole russe brut est commercialisé avec bonus par rapport au standard Brent. Les transformations du marché pétrolier résultent des sanctions imposées contre Téhéran et Caracas par les États-Unis, selon les estimations de Bloomberg.

    Les sanctions états-uniennes contre l’Iran et le Venezuela ont involontairement augmenté la demande en pétrole brut russe, a informé Bloomberg.

    Selon les données de l’agence, durant la période allant de novembre 2018 à juin 2019 les compagnies pétrolières russes ont obtenu un revenu supplémentaire cumulé d’au moins 905 millions de dollars.

    «Les calculs ont été basés sur la différence des écarts de taux de la marque russe de pétrole Urals par rapport au Brent pour une période de cinq ans», relate Bloomberg.

    Il a été révélé que les sanctions ont fait augmenter la demande en pétrole russe en raison de la baisse de production des pays de l’OPEP et de leurs partenaires. Auparavant, l’Urals était vendu sans bonus par rapport au Brent. Cependant, dès novembre dernier, lorsque les États-Unis ont limité la commercialisation de produits iraniens, l’écart entre les prix de l’Urals et du Brent a commencé à se réduire. Depuis début 2019, le pétrole russe est négocié plus cher.

    Sanctions contre Téhéran et Caracas

    En mai 2018 les États-Unis ont quitté unilatéralement l’accord nucléaire et ont réadopté des sanctions contre l’Iran, y compris des sanctions secondaires contre les pays en relations d’affaires avec Téhéran.

    Washington avait promis de ne pas extrapoler les restrictions aux pays tels que la Chine, l’Inde, l’Italie, la Grèce, le Japon, la Corée du Sud, Taiwan et la Turquie, ce qui a pris fin à partir de mai 2019.

    Fin janvier 2019, les États-Unis ont imposé des sanctions contre l’entreprise pétrolière et gazière vénézuélienne PDVSA en bloquant ses actifs et ses intérêts pour un montant de sept milliards de dollars ainsi qu’en interdisant aux autres acteurs de conclure des affaires avec celle-ci. Selon les estimations de la Maison-Blanche, en 2019 PDVSA perdra encore onze milliards de dollars.

    Tags:
    OPEP, prix du pétrole, Brent, sanctions contre le Venezuela, sanctions contre l'Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik