Ecoutez Radio Sputnik
    Loujain al-Hathloul

    Une féministe reste incarcérée en Arabie saoudite car elle aurait refusé de faire une déclaration filmée

    © AP Photo / Loujain al-Hathloul, File
    International
    URL courte
    1122
    S'abonner

    Loujain al-Hathloul, une militante des droits des femmes saoudiennes emprisonnée, avait au départ accepté de signer un document niant toute torture lors de son incarcération, puis a refusé quand elle a su qu’elle devrait faire une déclaration filmée, rapporte CNN.

    La militante des droits des femmes Loujain al-Hathloul, 30 ans, a refusé de signer un document pour sa libération lui imposant une déclaration face caméra où elle assurerait ne pas avoir été torturée pendant son incarcération, d'après sa famille, relate la chaîne CNN.

    «Lorsque la sécurité de l'État lui a demandé de signer le document pour le communiqué vidéo, elle a immédiatement déchiré le document». «Elle leur a dit: "En me demandant de signer ce document, vous êtes impliqués dans la couverture et vous essayez juste de défendre Saud al-Qahtani qui surveillait la torture".», relate son frère Walid al-Hathloul sur Twitter.

    ​Selon son frère, Loujain al-Hathloul avait d’abord accepté de signer juste un document niant avoir été torturée, comme condition préalable à sa libération.

    Auparavant, les autorités saoudiennes avaient déclaré qu’elles allaient lever les restrictions strictes relatives à la mise sous tutelle des femmes par les hommes. Ainsi, ces derniers mois, plusieurs militantes des droits des femmes emprisonnées, y compris la militante Aziza al-Yousef, ont été libérées temporairement.

    Une dizaine d’activistes poursuivies

    Loujain al-Hathloul a été arrêtée en mai 2018 lors d’une vaste campagne contre les personnes critiques envers le gouvernement saoudien. Elle est poursuivie, ainsi qu’une dizaine d’autres activistes, pour avoir des contacts avec des médias étrangers, des diplomates et des organisations de défense des droits de l’Homme.

    Des militants ont accusé Saud al-Qahtani, un ancien conseiller du prince héritier Mohammed ben Salmane, d’avoir participé à des tortures. Saud al-Qahtani avait été démis de ses fonctions après qu’il est devenu évident qu’il avait été impliqué dans l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi en octobre 2018.

    Tags:
    Jamal Khashoggi, Mohammed ben Salmane Al-Saoud, droits des femmes, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik