International
URL courte
659932
S'abonner

Visiblement décontracté lors de sa rencontre avec Emmanuel Macron, le Premier ministre britannique s’est permit de poser un pied sur une table à l’Élysée.

Le manque de politesse du nouveau Premier ministre britannique a déjà été relevé à plusieurs reprises par le passé. Ce jeudi 22 août, au cours de son entretien avec Emmanuel Macron à Paris, Boris Johnson a été photographié le pied posé sur une petite table de l’Élysée.

Le cliché en question, sorti de son contexte, a vite fait le tour des réseaux sociaux et provoqué des nombreuses critiques, voire parfois de la colère, chez certains internautes, offusqués par un tel comportement du Premier ministre britannique.

Néanmoins, selon les médias, Boris Johnson s’est permis ce geste dans le cadre d’une plaisanterie avec le Président français.

D’après la vidéo tournée par Reuters, Emmanuel Macron a apparemment plaisanté sur le rôle de la petite table installée entre les deux dirigeants. Le Président a dit à son interlocuteur que cette table pourrait être transformée en repose-pieds, que Boris Johnson n’a pas manqué d’essayer.

La scène s’est déroulée avant que les deux hommes ne se lancent dans des discussions sur l’agenda international.

Un mois après sa nomination, le successeur de Theresa May s'est rendu mercredi 21 août à Berlin, puis jeudi à Paris pour tenter de convaincre la chancelière allemande Angela Merkel et le Président français Emmanuel Macron de renégocier l'accord de sortie de la Grande-Bretagne de l’UE, faute de quoi le Brexit interviendra le 31 octobre prochain, y compris en l'absence d'accord.

Lire aussi:

L’Allemagne réagit aux menaces US contre le gazoduc Nord Stream 2
Alain Finkielkraut s’attaque à son tour à Didier Raoult
Trump menace de «fermer» les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
Une soirée avec de l'eau de Cologne comme apéritif tourne au drame en Tunisie
Tags:
négociations, blagues, Elysée, politique, Emmanuel Macron, Boris Johnson
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook