Ecoutez Radio Sputnik
    Un robinet. Image d'illustration

    Les USA essayent-ils de s’emparer du plus grand réservoir d’eau douce d’Amérique latine?

    © Flickr/ Chaquetadepollo
    International
    URL courte
    21977
    S'abonner

    Les États-Unis augmentent leur présence militaire en Amérique latine. Ils ont accordé au Brésil un statut d’allié clé en dehors de l’Otan et construisent une base militaire à la frontière avec l’Argentine, le Brésil et le Paraguay. Deux analystes, un Uruguayen et un Argentin, ont révélé à Sputnik le véritable objectif de Washington, selon eux.

    Les États-Unis sont militairement de plus en plus présents en Amérique latine. Ils ont notamment attribué au Brésil un statut d’allié privilégié en dehors de l’Otan et déploient leur base militaire dans une zone frontalière avec l’Argentine, le Brésil et le Paraguay.

    «Les militaires américains y sont déjà. La construction de leur base bat son plein», a déclaré à Sputnik l’homme politique uruguayen Wilson Ferreira Aldunate.

    Selon Ernesto Lopez, directeur de l’Institut argentin des problèmes nationaux près de l’Université nationale de Lanus, l’objectif déclaré par Washington, notamment la lutte contre le narcotrafic et autres crimes très courants dans cette zone, n’a rien à voir avec la réalité.

    Pour M.Lopez, la présence des États-Unis dans tel ou tel pays n’a jamais eu d’impact positif sur la réduction du taux de criminalité, mais a plutôt eu un effet négatif. Il a dit en avoir reçu des preuves concrètes quand il était en poste en tant qu’ambassadeur au Guatemala. À l’époque, il a pu constater l’impunité absolue des criminels engagés «dans le trafic de drogue et d’armes, ainsi que dans le blanchiment d’argent» et ce, malgré la «lutte» de Washington contre ces crimes.

    Il est évident, relève l’expert, que l’élargissement de la présence militaire américaine en Amérique latine a d’autres objectifs, dont le principal est de s’emparer des ressources naturelles dont regorge cette région.

    «Il s’agit, entre autres, du lithium», souligne l’Argentin.

    Et d’ajouter que l’intérêt manifesté par les États-Unis à la «Triple Frontière» qui sépare le Brésil, l’Argentine et le Paraguay n’était sans doute pas dû au hasard.

    «Des recherches y ont révélé un gigantesque gisement d’eau potable, sans doute la réserve la plus importante du monde», a précisé Ernesto Lopez.

    L’aquifère Guarani est une nappe d’eau faisant partie des plus grandes réserves du monde. Cette gigantesque réserve d’eau douce s’étend sur quatre pays. L’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay se partagent l’aquifère Guarani, le troisième réservoir d’eau douce de la planète en terme de volume, évalué aujourd’hui à 55.000 kilomètres cubes et recouvrant une surface de près de 1,2 million de kilomètres carrés.

    L’eau constitue une ressource déjà rare aux États-Unis, de même qu’en Europe, en raison des sécheresses qui y sévissent périodiquement. Dans un tel contexte, l’aquifère Guarani suscite de nombreuses convoitises.

    Tags:
    Argentine, Paraguay, Brésil, États-Unis, Amérique latine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik