Ecoutez Radio Sputnik
    Oxfam se demande si les chefs d'État sont venus pour lutter contre les inégalités ou pour profiter de la plage

    «La réalité c’est l’absence des actes»: Cécile Duflot fustige l’inaction des dirigeants du G7

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    Sommet du G7 à Biarritz (43)
    984
    S'abonner

    Alors que le G7 ouvre aujourd’hui ses portes à Biarritz, l’ex-ministre et directrice générale d’Oxfam France dénonce au micro de Sputnik l’inaction des dirigeants mondiaux face aux inégalités qui se creusent.

    Boris Johnson qui joue avec du sable, Donald Trump qui se prélasse au soleil et Angela Merkel avec une planche de piscine à la main… Avant le coup d’envoi du G7, des militants d'Oxfam déguisés ont tenu à Hendaye une action pour sensibiliser aux inégalités. «Oxfam se demande si les chefs d'État sont venus pour lutter contre les inégalités ou pour profiter de la plage?!», s’est interrogée l’organisation sur Twitter.

    Présente lors de cette action, Cécile Duflot, ex-ministre et directrice générale d’Oxfam France, dénonce dans une interview accordée à Sputnik l’inaction des puissants de ce monde réunis dans la station balnéaire de Biarritz.

    «Les sept dirigeants des pays du G7, ce sont des pays où les inégalités s’accroissent au profit des ultra-riches et par une absence des décisions ou par des décisions - comme en France, décisions fiscales - qui ont favorisé les plus riches», dit-elle.

    «Le message d’Oxfam c’est de dire qu’il y a un décalage, une discordance très forte entre les discours et les actes alors qu’on a besoin qu’ils soient courageux et qu’ils agissent», ajoute Mme Duflot.

    La militante voit d’un bon œil le fait que le problème des inégalités soit porté à l’ordre du jour du G7, indiquant qu’il y a dix ans il faisait partie des sujets discutés plutôt aux contre-sommets.

    «Aujourd’hui c’est deux crises, la crise climatique et la crise des inégalités, ce sont les crises qui minent vraiment nos sociétés et contre lesquelles il faut agir», annonce-t-elle, ajoutant qu’il «faut compter sur la mobilisation de la société civile».

    «L’espèce de mur de l’Atlantique qui s’est créé entre les dirigeants à Biarritz et le reste du monde montre bien qu’ils sont finalement assez frileux de la situation et parce que sans doute, au fond d’eux, ils sentent que cette situation d’aggravation des inégalités n’est pas tolérable», résume Cécile Duflot.

    Les opposants au sommet du G7, qui ouvre ses portes ce samedi à Biarritz, ont tenu dans l’après-midi une grande manifestation déclarée entre Hendaye et Irun. Dans une ambiance bon enfant, les 15.000 manifestants, selon les organisateurs, ont parcouru les quatre kilomètres séparant les deux villes, l’une en France et l’autre en Espagne.

    Dossier:
    Sommet du G7 à Biarritz (43)
    Tags:
    Cécile Duflot, Donald Trump, sommet du G7 de 2019, Biarritz, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik