Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    «Trop tôt»: Trump refuse de rencontrer Mohammad Javad Zarif en marge du G7

    © REUTERS / POOL
    International
    URL courte
    Sommet du G7 à Biarritz (43)
    14518
    S'abonner

    Le dirigeant états-unien a jugé qu’il était trop tôt pour qu’il rencontre le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif en marge du sommet du G7 à Biarritz.

    Une réunion entre le Président américain et le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif, arrivé dimanche à Biarritz, ville qui accueille le sommet du G7, aurait été prématurée, a déclaré le locataire de la Maison-Blanche cité par les médias locaux.

    «Il est trop tôt pour le rencontrer», a insisté Donald Trump devant les journalistes.

    Dans le même temps, il a affirmé avoir été averti par son homologue français de l’éventuelle visite de M.Zarif. Selon lui, Emmanuel Macron a demandé son accord:

    «Je lui ai dit: "si c’est ça que vous voulez, allez-y"! J’ai été au courant de tout ce qu’il faisait et j’ai approuvé», a confié le leader US.

    Il a tenu à souligner qu’il ne cherchait pas de «changement de régime» à Téhéran alors que les tensions battent leur plein entre les deux pays depuis l’élection de M.Trump au poste présidentiel.

    Visite surprise de Mohammad Javad Zarif

    Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, est arrivé à Biarritz dimanche sur invitation de la partie française afin de parler de la crise qui entoure le programme nucléaire de la République islamique.

    Il s’est entretenu avec Emmanuel Macron et le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, ainsi qu’avec des représentants de l'Allemagne et du Royaume-Uni. L’Élysée a qualifié ces discussions de «positives» et a promis qu’elles allaient se poursuivre.

    Dossier:
    Sommet du G7 à Biarritz (43)
    Tags:
    Emmanuel Macron, Jean-Yves Le Drian, programme nucléaire iranien, Donald Trump, Mohammad Javad Zarif, sommet du G7 de 2019
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik