International
URL courte
9103
S'abonner

Le Président états-unien a démenti les rapports du site d’information Axios selon lesquels il avait proposé de souffler les grands ouragans avec des armes nucléaires.

Le locataire de la Maison-Blanche a nié avoir suggéré d’envoyer des bombes nucléaires sur les ouragans avant qu’ils ne touchent les États-Unis, comme le relatait dimanche le portail américain Axios.

«L'histoire d’Axios selon laquelle le Président Trump voulait souffler les grands ouragans avec des armes nucléaires avant qu’ils n’atteignent la côte est ridicule. Je n’ai jamais dit cela. Juste une FAKE NEWS de plus!», a lancé le chef d'État sur son compte Twitter.

Axios affirmait notamment que Donald Trump avait demandé lors d’une réunion sur les ouragans s’il serait possible, pour les empêcher de se former complètement en mer, de larguer une bombe nucléaire sur leur centre. Selon une source anonyme citée par le site, les participants à la réunion, dont la date n’est pas précisée, en sont sorties perplexes.

L’idée n’est pas nouvelle

Le site a cependant souligné que l’idée en question n’était pas nouvelle. Elle a été initialement émise sous la présidence de Dwight Eisenhower (1953-1961) par un scientifique qui travaillait pour le gouvernement américain.

Depuis lors, l’idée refait régulièrement surface, bien qu’il y ait un consensus scientifique pour dire que cela ne marcherait pas. Selon l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA), non seulement une bombe ne modifierait pas la tempête, mais les vents répandraient les retombées radioactives sur les terres avoisinantes.

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, plus de 10 morts et 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
La plus forte augmentation de cas de Covid-19 en France en 24 h depuis fin avril
Tags:
ouragan, Donald Trump, armes nucléaires, Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook