International
URL courte
241619
S'abonner

Aux côtés de son homologue polonais lors d’une cérémonie à Wielun, où sont tombées les premières bombes de la Seconde Guerre mondiale, le Président allemand Frank-Walter Steinmeier a présenté ses excuses à la Pologne, durement touchée par les horreurs du conflit.

Le Président allemand Frank-Walter Steinmeier a demandé pardon dimanche 1er septembre aux victimes de l'agression allemande, lors d'une cérémonie à Wielun, exactement à l'heure de l'explosion des premières bombes tombées en 1939 sur cette petite ville polonaise, première victime de la Seconde Guerre mondiale.

«Je m'incline devant les victimes de l'attaque de Wielun. Je m'incline devant les victimes polonaises de la tyrannie allemande. Et je demande pardon», a déclaré en allemand et en polonais M. Steinmeier, en présence notamment de son homologue polonais.

«Ce sont les Allemands qui ont commis un crime contre l'humanité en Pologne», a-t-il souligné. «Nous n'oublierons pas. Nous voulons nous souvenir et nous nous souviendrons».

Donald Trump
© Sputnik . Irina Kalashnikova
De son côté, le Président polonais Andrzej Duda a dénoncé «un acte de barbarie» et «un crime de guerre» qui a ouvert la Seconde Guerre mondiale.

Comme l'indique l'AFP, M. Duda a remercié M. Steinmeier pour sa présence à Wielun. «Je suis convaincu que cette cérémonie passera dans l'histoire de l'amitié polono-allemande», a-t-il dit.

La Pologne a été durement touchée par les horreurs de la Seconde Guerre mondiale, perdant six millions de citoyens, dont trois millions de Juifs.

Lire aussi:

Une voiture fonce sur une terrasse en centre-ville de Fontainebleau, plusieurs blessés
Sous-marins: Canberra et Washington réagissent au rappel des ambassadeurs français
Sous-marins australiens: «Ce qu'il vient de se passer» pèsera sur l’avenir de l’Otan, selon Le Drian
Véran confirme un possible allégement concernant le pass sanitaire
Tags:
Pologne, Allemagne, Seconde Guerre mondiale, Frank-Walter Steinmeier, Andrzej Duda
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook