Ecoutez Radio Sputnik
    In this photo released by the official website of the office of the Iranian Presidency, a fighter jet flies over Iranian flags during the army parade commemorating National Army Day in front of the shrine of the late revolutionary founder Ayatollah Khomeini, just outside Tehran, Iran, Thursday, April 18, 2019

    L’Iran rejette la possibilité de revoir l’accord nucléaire, appelant à ne pas ouvrir la «boîte de Pandore»

    © AP Photo / Iranian Presidency Office
    International
    URL courte
    L'Iran commence à enrichir son uranium à un niveau prohibé, 2019 (20)
    10664
    S'abonner

    L’Iran n’envisage pas de réviser l’accord nucléaire de 2015, a déclaré le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif en visite à Moscou. Le document a été fragilisé par le retrait américain et l'Iran promet de s'en désengager encore davantage le 6 septembre.

    Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Zarif a réitéré son refus de réviser l’accord nucléaire de 2015, mettant en garde contre les éventuelles conséquences de ce geste.

    «Il n’est pas question de revoir JCPOA [l'accord nucléaire de 2015, ndlr], nous savons tous les deux - comme nous sommes impliqués dans les négociations dès le début – qu’il est impossible d’ouvrir cette boîte de Pandore et de la refermer», a déclaré M.Zarif en visite à Moscou ce lundi 2 septembre pour négocier avec son homologue russe.

    Lors d’un entretien téléphonique qui a eu lieu samedi 31 août, le Président iranien Hassan Rohani a averti Emmanuel Macron que l'Iran continuerait de prendre ses distances avec l'accord nucléaire de 2015 si l'Europe ne respecte pas ses propres engagements, a indiqué la présidence iranienne.

    Nucléaire iranien

    En mai 2018, les États-Unis sont sortis de l'accord international conclu à Vienne visant à empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire, et ont réimposé de lourdes sanctions qui asphyxient l'économie iranienne.

    Téhéran a répliqué en s'affranchissant progressivement de certains engagements de l'accord et tente depuis de convaincre les Européens parties à cet accord (France, Grande-Bretagne, Allemagne) de prendre des mesures concrètes pour passer outre aux sanctions américaines, notamment pour exporter son pétrole.

    L'Iran promet de se désengager davantage le 6 septembre. Téhéran pourrait alors relever à 20% son degré d'enrichissement ou redémarrer ses centrifugeuses actuellement à l'arrêt.

    Dossier:
    L'Iran commence à enrichir son uranium à un niveau prohibé, 2019 (20)
    Tags:
    nucléaire, accord, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik