International
URL courte
3410
S'abonner

La police américaine a enquêté sur deux motifs éventuels de la fusillade au Texas qui a eu lieu samedi 31 août. Ces deux versions ne sont néanmoins pas confirmées comme ayant été à l’origine des tirs.

L’homme qui a ouvert le feu samedi 31 août au Texas n'est tout d’abord pas lié à des organisations terroristes, a déclaré le porte-parole du FBI Christopher Combs lors d'une conférence de presse.

En outre, le meurtrier avait été licencié quelques heures avant le massacre, d’après le New York Times.

La police à Odessa, au Texas, a identifié le tireur comme étant Seth Ator, âgé de 36 ans. Selon des données préliminaires, il aurait utilisé un fusil de type AR-15.

Selon des représentants de la police, Etor travaillait pour une entreprise de transport de marchandises. Ni son poste ni son employeur ne sont révélés. Cependant, les policiers ne confirment pas que ces problèmes liés au travail soient devenus le motif de la fusillade.

D’après le New York Times, le chef de la police d'Odessa, Michael Gerke, a déclaré qu'au départ les autorités avaient refusé d'indiquer le nom du tireur parce qu’elles ne voulaient pas contribuer à faire de la «publicité pour ce qu'il avait fait».

L’enquête est en cours.

Une fusillade au Texas

Une fusillade meurtrière a éclaté dans la nuit du 31 août au 1er septembre aux États-Unis. Un homme a ouvert le feu au hasard au Texas, faisant au moins 7 morts et une vingtaine de blessés avant d'être abattu par la police.

Cette nouvelle fusillade est intervenue moins d'un mois après qu'un tireur a abattu 22 personnes dans une autre ville du Texas, à El Paso, à environ 500 kilomètres à l'ouest d'Odessa.

Lire aussi:

Guy Georges pourrait être remis en liberté sous peu malgré ses nombreux viols et meurtres
«Sputnik V»: Poutine annonce l'enregistrement du premier vaccin contre le Covid-19 en Russie
Un incendie «d'une rare intensité» dans un immeuble de Vincennes, deux morts – images
Le Secret Service en dit plus sur le tireur qui a provoqué l’évacuation de Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook