International
URL courte
25623
S'abonner

Face aux critiques, Greta Thunberg a révélé sur Twitter qu’elle était atteinte du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme. La jeune militante pour le climat a confié que cela l’avait limitée dans le passé, tandis qu’à présent elle trouvait qu’il s’agissait d’un «super-pouvoir».

Dans un tweet du 1er septembre, la jeune activiste pour le climat Greta Thunberg a parlé de son syndrome d’Asperger et des contraintes liées à cette forme d’autisme. L’adolescente de 16 ans a ainsi réagi à de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux concernant son apparence, affirmant qu’être «différente» était un atout.

«Quand les haters attaquent votre apparence et vos différences, cela signifie qu'ils n'ont rien d'autre sur vous. Et alors vous savez que vous êtes en train de gagner!», a-t-elle écrit sur son compte Twitter. «J’ai le syndrome d’Asperger et cela signifie que de temps en temps je suis un peu différente de la norme. Mais - dans de bonne circonstances - être diffèrent est un super-pouvoir», a-t-elle ajouté.

​La jeune activiste a également avoué que dans le passé elle était «limitée» à cause de ce syndrome. «Je n’avais pas d’amis et je ne parlais à personne. Je restais toute seule à la maison avec un trouble d’alimentation», a-t-elle déclaré dans un autre tweet.

​Finalement, Thunberg a dit que «tout cela avait disparu» au moment où elle avait trouvé «un sens, dans un monde qui semble parfois superficiel et insignifiant à tant de gens».

​La jeune fille a accompagné ses tweets du hashtag #aspiepower afin de souligner sa perception positive de son syndrome.

Lire aussi:

Le monde menacé d’une crise alimentaire, alerte l'Onu
La NASA prépare une frappe sur un astéroïde fonçant vers la Terre
Un rapport remis par le Pr Raoult il y a 17 ans prédisait le chaos à venir mais le gouvernement l’a ignoré
L'Algérie va attaquer France 24 en justice pour des «propos haineux» et convoque l'ambassadeur de France
Tags:
troubles psychiques, autisme, Greta Thunberg
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook