Ecoutez Radio Sputnik
    Destructions à Gaza. Archive photo

    Un ministre israélien prédit «une guerre à Gaza» et critique Macron

    © AP Photo / Adel Hana
    International
    URL courte
    241888
    S'abonner

    Le ministre israélien de l’Économie a estimé qu’une guerre était inévitable dans la bande de Gaza et a critiqué Emmanuel Macron pour avoir encouragé le dialogue entre Washington et Téhéran.

    Il n’existe aucun moyen d’éviter une opération militaire contre le Hamas à Gaza, a déclaré le ministre israélien de l’Économie Eli Cohen cité par le Jerusalem Post.

    «Il y aura une guerre à Gaza. Cela ne nous réjouit pas et ce n’est pas ce que nous voulons, mais il y aura bel et bien une guerre», a indiqué M.Cohen, du parti Likoud de Benyamin Netanyahou, lors d’une conférence sur la sécurité à Herzliya.

    Ces déclarations interviennent après les frappes de l’aviation israélienne sur des positions du Hamas dans la bande de Gaza en réponse aux tirs de roquettes depuis l’enclave palestinienne sur le sud d’Israël.

    Critiques visant Macron

    Le ministre Eli Cohen a en outre critiqué le dirigeant français Emmanuel Macron pour avoir encouragé le dialogue entre Donald Trump et le Président iranien Hassan Rohani.

    «Comme de Gaulle en 1967 [durant la guerre des Six Jours, ndlr], il préfère les intérêts économiques à la survie d’Israël», a insisté le responsable israélien.

    Fin août, lors d’une conférence commune avec le chef d'État américain à l’issue du sommet du G7, Emmanuel Macron avait déclaré que les discussions avaient créé «les conditions d’une rencontre et donc d’un accord» entre Donald Trump et Hassan Rohani, dans le cadre de la crise du nucléaire iranien.

    Pourtant, le Président Rohani a par la suite invité les États-Unis à «faire le premier pas» en levant toutes les sanctions contre la République islamique.

    Tags:
    sommet du G7 de 2019, États-Unis, Iran, Eli Cohen, Emmanuel Macron, guerre, Hamas, Tsahal, Israël, Gaza
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik