International
URL courte
134617
S'abonner

À l’approche des élections législatives, le Premier ministre israélien a promis d'annexer un pan stratégique de la Cisjordanie occupée, s’il est réélu. L’Arabie saoudite a qualifié ses propos de «dangereuse escalade».

Après que Benjamin Netanyahou a promis d’annexer un pan stratégique de la Cisjordanie, l’Arabie saoudite a pointé une «dangereuse escalade» de la part du Premier ministre israélien.

«Le Royaume estime que cette déclaration est une très dangereuse escalade contre le peuple palestinien et représente une violation flagrante de la charte de l’Onu et des principes du droit international», a rapporté l’agence Saudi Press, citant la cour royale.

Riyad appelle également la communauté internationale à rejeter la déclaration de M.Netanyahou et à «considérer toute action résultant de cette promesse comme nulle».

Dans le même temps, Riyad a demandé l’organisation d’une «réunion d’urgence» des chefs de la diplomatie des 57 membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI).

Les législatives approchent

Ces déclarations de Benjamin Netanyahou interviennent à une semaine des élections législatives prévues le 17 septembre. En cas de victoire de son parti Likoud, le Premier ministre israélien a promis mardi 10 septembre d’annexer « la vallée du Jourdain et la partie nord de la mer Morte».

La vallée du Jourdain représente environ 30% de la Cisjordanie, territoire palestinien qui reste occupé par Israël depuis 1967. Elle couvre une surface de 2.400 kilomètres carrés.

Lire aussi:

Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Ce ne sont pas les dinars libyens qui sont «faux» mais les dires des USA: Moscou réagit aux accusations de Washington
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Tags:
Organisation de la coopération islamique (OIC), conflit israélo-palestinien, Benjamin Netanyahu, Israël, Arabie Saoudite, Cisjordanie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook