Ecoutez Radio Sputnik
    Les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis

    Les derniers mots de victimes des attentats du 11 septembre à l’approche de leur mort – vidéo

    © AP Photo / Marty Lederhandler
    International
    URL courte
    40649
    S'abonner

    Plusieurs des personnes piégées le 11 septembre 2001 dans les tours jumelles du World Trade Center et celles se trouvant dans les quatre avions détournés par des terroristes d’Al-Qaïda* ont tenté de contacter leurs proches. Voici certains des derniers appels faits au moment de ces attentats-suicides qui ont coûté la vie à au moins 3.000 personnes.

    Pour déclarer à leurs proches leur amour quelques instants avant que le pire ne se produise, les victimes des attentats meurtriers du 11 septembre les ont contactés ou leur ont laissé des messages vocaux. Voici certains de ces appels faits par des passagers et des hôtesses de l’air des avions détournés, ainsi que par des personnes décédées dans l’effondrement des tours jumelles du World Trade Center à New York.

    Ces quatre attentats-suicides commis par des membres du réseau djihadiste Al-Qaïda⃰ il y a 18 ans ont été les plus meurtriers dans l’histoire des États-Unis. Près de 3.000 morts et plus de 6.000 blessés ont été à déplorer et les répercussions se font toujours sentir aujourd’hui, notamment concernant des cas de cancer.

    Victimes du World Trade Center (WTC)

    Melissa Doi, diplômée de la Northwestern University et qui rêvait de devenir ballerine, a appelé le 911 depuis le 83ème étage de la tour sud du World Trade Center.

    «Il fait très chaud, je vois… je ne vois pas, je ne vois plus d’air! Nous ne pouvons pas respirer», a-t-elle fait savoir d’une voix tremblante. Une spécialiste du 911 a ensuite tenté de la calmer et a essayé de lui assurer qu’elle n’allait pas mourir.

    «Je voulais juste que tu saches que je t’aime et que je suis coincée dans cet immeuble à New York», a déclaré dans un message vocal Melissa Harrington Hughes à son mari, lequel se trouvait à San Francisco. «Il y a beaucoup de fumée et je voulais juste que tu saches que je t’aime toujours».

    Entachée de sang, une note écrite par Randy Scott, également décédé dans l’effondrement des tours jumelles, indiquait que 12 personnes se trouvaient piégées au 84e étage. Cette note n’ayant été retrouvée que dix ans plus tard, son épouse Denise a expliqué que pendant toutes ces années elle avait espéré que son mari n’avait pas été piégé dans le bâtiment, selon le NY Daily News.

    Victimes de l’avion qui a percuté la tour nord

    Une hôtesse de l’air du vol 11 d’American Airlines, Madeline Amy Sweeny, a contacté American Airlines Flight Service pour annoncer qu’une bombe se trouvait dans le cockpit:

    «Les passagers ne savent pas ce qui se passe. Les pirates de l'air viennent du Moyen-Orient. C'est une descente rapide. Quelque chose ne va pas. Je ne pense pas que le capitaine ait le contrôle. Je vois de l'eau. Je vois des bâtiments. Nous volons bas. Nous volons très, très bas. Oh mon Dieu.»

    «Je crois qu’on est en train d’être détourné. Notre numéro 1 [agent de bord, ndlr] a été poignardé. Et notre numéro 5 aussi. Nous ne pouvons pas sortir du cockpit. La porte ne s’ouvrira pas. Allô?» a quant à elle fait savoir l’hôtesse de l’air Betty Ong.

    Victimes des autres avions

    Brian Sweeney, passager du vol 175 d’United Airlines, qui a aussi été détourné, a tenté d'appeler son épouse Jules quelques instants avant que la catastrophe ne se produise:

    «Hey Jules, c'est Brian. Ah, écoute. Je suis dans un avion qui a été détourné. Si les choses ne se passent pas bien, je veux juste que tu saches que je t’aime vraiment, je veux que tout marche bien pour toi, que tu aies de bons moments, la même chose pour mes parents.»

    Peter Hanson, 32 ans, se trouvait sur le même vol avec son épouse Sue Kim, 35 ans, et leur fille Christine. Il a appelé son père:

    «Ça va mal, papa. Une hôtesse de l'air a été poignardée. Ils semblent avoir des couteaux et une masse. Ils ont dit qu'ils avaient une bombe. L'avion fait des mouvements saccadés. Je ne pense pas que le pilote gère l’avion. Je pense que nous descendons. Ne t'inquiète pas, papa. Si cela se produit, ce sera très rapide. Oh mon Dieu, oh mon Dieu, oh mon Dieu.»

    * Organisation terroriste interdite en Russie

    Tags:
    Al-Qaïda, Manhattan, New York, États-Unis, attentats du 11 septembre 2001
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik