Ecoutez Radio Sputnik
    La Maison-Blanche

    Des appareils d’espionnage israéliens installés près de la Maison-Blanche, selon d’ex-responsables US

    © AP Photo / Andrew Harnik
    International
    URL courte
    161426
    S'abonner

    Le gouvernement israélien est soupçonné d’avoir espionné l’administration Trump par certains anciens officiels américains, indique Politico. Ils prétendent que les dispositifs retrouvés près de la Maison-Blanche proviennent d’Israël.

    Ces deux dernières années, Israël a été à l’origine du placement d’appareils de surveillance près de la Maison-Blanche et dans la région de Washington, D.C., a affirmé Politico se référant aux déclarations de trois anciens hauts fonctionnaires américains.

    Cependant, l’administration Trump n’a pas sanctionné Israël pour cet espionnage dont des traces ont été découvertes sur le sol américain, a indiqué l’un des anciens responsables.

    Interception de communication mobile

    Il s’agit notamment de dispositifs de surveillance minuscules, habituellement appelés «StingRays», un IMSI-catcher, utilisés pour intercepter le trafic des communications mobiles, ainsi que de transmettre l’emplacement des téléphones portables.

    Selon l’un des officiels et ses collaborateurs les plus proches, il semble que ces appareils soient censés espionner le Président américain, même si la question de l’efficacité de ces efforts reste toujours ouverte, précise la publication.

    Ayant fondé leur recherche sur les résultats d’une science forensique détaillée, le Bureau fédéral d'enquête (FBI) et d’autres agences ont établi que c’étaient justement des agents israéliens qui avaient installé les dispositifs, ont affirmé les officiels mentionnés.

    «Un non-sens absolu»

    Cependant, Israël a dénoncé cette accusation, selon les dires du porte-parole de l’ambassade israélienne Elad Strohmayer, cité par Politico:

    «Ces allégations sont un non-sens absolu. Israël ne mène pas d’espionnage aux États-Unis, point final».

    Malgré l’importance de l’allégation, ni l’administration Trump, ni le FBI, ni le Secret Service ne l’ont confirmée ou infirmée.

    Washington est inondé de dispositifs de surveillance et les tentatives déployées par des entités étrangères pour espionner les responsables de l’administration et d’autres personnalités politiques sont assez nombreuses, fait savoir la publication. Mais peu de pays ont la capacité ou le budget d’installer ce type d’appareils, c’est pourquoi Israël a été soupçonné.

    Un appareil à 150.000 dollars

    Les IMSI-catchers, qui sont souvent utilisés par la police américaine pour surveiller les criminels, peuvent également être fabriqués par des amateurs expérimentés ou par Harris Corporation, le fabricant du StingRays, qui coûte plus de 150.000 dollars l’unité (136.000 euros), selon Vice News.

    «Les Israéliens sont des collectionneurs de renseignement agressifs, mais ils ont renoncé à espionner les États-Unis à différents moments et il n’est pas surprenant que de tels efforts se poursuivent», a déclaré Daniel Benjamin, ancien coordinateur de la lutte contre le terrorisme au département d’État et désormais directeur du John Sloan Dickey Center, à Dartmouth.

    «Devinez ce que nous faisons à Tel Aviv?»

    Il se souvenait avoir déjà rencontré un chef du Mossad, l’un des trois services de renseignement israélien. La première chose que le fonctionnaire a dite à M.Benjamin était qu’Israël n’espionnait pas les États-Unis.

    En ce qui concerne la surveillance récente de la Maison-Blanche par Israël, l’un des anciens hauts responsables des services de renseignement américains a reconnu avoir soulevé des problèmes de sécurité, mais a plaisanté: «D'autre part, devinez ce que nous faisons à Tel Aviv?», a indiqué la publication.

    Tags:
    administration Trump, présidence américaine, Maison blanche, FBI, espionnage, États-Unis, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik