Ecoutez Radio Sputnik
    Margarita Simonian

    «Internet libre»? Le compte de la rédactrice en chef de Sputnik banni sur Facebook

    © Sputnik . Vitaliy Belousov
    International
    URL courte
    11749
    S'abonner

    Margarita Simonian, la rédactrice en chef de Sputnik, a été suspendue ce jeudi 12 septembre de la plateforme Facebook pour trois jours pendant lesquels elle réfléchira «à un Internet libre, à la liberté de parole et à tout ça», a-t-elle écrit rappelant l’emprise de «la censure américaine».

    La rédactrice en chef de Sputnik et de la chaîne RT, Margarita Simonian, a été suspendue ce jeudi 12 septembre de la plateforme Facebook.

    «J’ai été bannie de Facebook. Nous sommes en train de préciser à cause de quoi et pourquoi. Et moi, je réfléchirai pendant ce temps-là à un Internet libre, à la liberté de parole et à tout ça», a-t-elle réagi.

    Margarita Simonian a estimé dans ce contexte qu’il s’agissait de censure.

    «Nous vivons dans un pays [la Russie, ndlr] où la censure américaine est pratiquée assez librement et sans obstacles. Ceux qui sont plus jeunes et vivent dans les réseaux sociaux estiment que c’est dans l’ordre des choses et ceux qui sont plus âgés et qui sont aux commandes ne comprennent souvent pas de quoi il s’agit. Et moi, j’ai simplement le blues», a-t-elle déclaré à Sputnik.

    Message de RT

    RT a écrit sur sa chaîne Telegram que la rédactrice en chef avait été «suspendue pour trois jours sur Facebook "pour violation des règles de la communauté"».

    «Nous ne comprenons pas ce qui a pu provoquer ce bannissement. Nous avons adressé une demande à Facebook», a noté RT.

    Lire aussi:

    Fusillade dans un hôpital tchèque: le tireur s'est suicidé dans une voiture
    Une meute de loups entame une «chasse à l’homme» en Russie – vidéo
    Une nouvelle fonctionnalité fait son apparition sur WhatsApp
    Tags:
    violations, Telegram, réseaux sociaux, censure, Russie, Facebook, Sputnik, chaîne de télévision RT, Margarita Simonian
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik