International
URL courte
251495
S'abonner

En réaction au discours de l’ambassadeur américain en Serbie, qui a proposé aux Serbes d’adopter une perspective plus large et d’avancer, Maria Zakharova a riposté en suggérant que les États-Unis devraient commencer par présenter des excuses «à ceux qu’ils ont bombardé».

Le discours de l’ambassadeur des États-Unis en Serbie, Kyle Scott, qui a appelé les Serbes à adopter une perspective plus large en ce qui concerne le bombardement de leur pays en 1999 car ni les États-Unis, ni la Serbie ne peuvent revenir en arrière, a provoqué une forte critique de la part de la porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe, Maria Zakharova.

Rétorquant aux propos de l’ambassadeur qui conseille d’avancer, la diplomate russe considère que les États-Unis doivent commencer par s’excuser avant d’avancer.

«Voici la logique de Scott. En effet, les États-Unis doivent d’abord présenter leurs excuses à ceux qu’ils ont bombardé, payer une compensation pour les tués, ainsi qu’aux blessés et à ceux qui ont perdu la santé à cause des ogives contenant de l’uranium appauvri. Et, seulement après cela, ce qui créera des fondations solides et non toxiques, appeler à avancer», a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

De mars à juin 1999, l'Otan a bombardé la Serbie et le Monténégro qui faisaient alors partie de la Yougoslavie. L'opération Force alliée avait été officiellement lancée en raison de la confrontation armée entre les paramilitaires albanais de l'UÇK, d'une part, et l'armée et la police yougoslaves, de l'autre.

Lire aussi:

Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Tags:
États-Unis, Serbie, politique, Maria Zakharova
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook