Ecoutez Radio Sputnik
    une bactérie, image d'illustration

    Une fillette de 10 ans succombe à une amibe «mangeuse de cerveau»

    CC0 / Pixabay/qimono
    International
    URL courte
    4621
    S'abonner

    Après s’être baignée dans un lac, une Texane de 10 ans a succombé à une bactérie présente dans les eaux douces qui pénètre par les narines et remonte jusqu'au cerveau. Les médecins n'ont rien pu faire.

    Une petite Américaine qui s'était baignée dans un cours d'eau au Texas est décédée lundi 16 septembre après avoir contracté une infection due à une amibe «mangeuse de cerveau», ont annoncé sa famille et plusieurs médias.

    Lily Mae Avant, 10 ans, avait commencé à avoir des maux de tête le 8 septembre, rapidement suivis d'une fièvre. Après son hospitalisation d'urgence, les médecins avaient découvert la présence d'«une amibe très rare et agressive», selon sa famille.

    «Notre belle petite fille est [...] dans les bras de Jésus», ont écrit ses proches lundi dans un groupe Facebook créé après sa maladie.

    La petite fille s'était baignée dans le fleuve Brazos, précise l'AFP.

    Le département de la Santé du Texas a confirmé à des médias locaux qu'elle avait contracté une infection due à l'amibe Naegleria fowleri, qui se plaît dans les eaux douces et chaudes des lacs, des rivières en été ainsi que dans des sources géothermales et des piscines mal entretenues.

    «L'amibe est présente dans les cours d'eau douce à travers le Texas et ailleurs aux États-Unis. Les cas sont extrêmement rares malgré les millions de personnes qui nagent dans les lacs et les rivières chaque année», a dit le porte-parole du département, Chris Van Deusen.

    Cette amibe pénètre par les narines et remonte jusqu'au cerveau, provoquant de fortes migraines, une hyperthermie, un raidissement de la nuque et des vomissements, avant d'entraîner des vertiges, une léthargie, de la confusion et des hallucinations.

    Tags:
    morts, amibe, Texas, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik