International
URL courte
6124
S'abonner

La Maison-Blanche s'emploie à former une coalition internationale pour faire pression sur l'Iran par le biais des Nations unies, en tant que principale réponse à l'attaque contre les installations pétrolières saoudiennes. Cette approche reflète la volonté de Donald Trump d’être réélu en 2020, selon le Wall Street Journal.

Pendant la semaine de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations unies, la Maison-Blanche se propose de rassembler une coalition internationale pour faire pression sur l’Iran en invoquant son implication dans l’attaque visant les installations pétrolières saoudiennes, rapporte le Wall Street Journal en se référant à des sources au sein de l’administration américaine.

Selon ces dernières, Donald Trump s’oppose à une intervention militaire directe, mais serait prêt à accorder un soutien à l’Arabie saoudite si une attaque contre les intérêts iraniens se produisait depuis le territoire du royaume.

Option privilégiée par Washington

Le WSJ signale que selon de nombreux responsables, l’option privilégiée par l’administration américaine demeure une réponse internationale coordonnée par l’intermédiaire de l’Onu, qui se réunira la semaine prochaine pour son Assemblée générale à New York et où MM. Trump et Pompeo devraient faire une apparition.

Le média précise que ce scénario tient compte des chances de réélection de Donald Trump en 2020, lesquelles pourraient augmenter ou diminuer en raison de la vigueur de l’économie américaine. Bien que les États-Unis soient à l’abri des chocs liés à l’approvisionnement en pétrole car étant désormais largement autonomes en énergie, l’économie mondiale reste un frein potentiel à la croissance américaine et les attaques de samedi ont entraîné une forte augmentation des prix du pétrole. Toute escalade dans un conflit militaire pourrait ainsi faire monter les prix sur une plus longue période.

Le 16 septembre, le Washington Post a annoncé en se référant à des fonctionnaires américains que l’administration Trump réfléchissait à une «réponse militaire sérieuse» aux attaques contre les sites de Saudi Aramco.

Attaque de drones

Des drones des Houthis yéménites ont visé samedi 14 septembre deux installations stratégiques de la compagnie pétrolière Aramco, à plus d'un millier de kilomètres de Sanaa, la capitale du Yémen contrôlée depuis cinq ans par les Houthis.

Selon le ministre de l'Énergie, le prince Abdoulaziz ben Salmane, cité samedi par la Saudi Press Agency, 5,7 millions de barils par jour sont concernés par l'interruption partielle, soit près de la moitié de la production saoudienne, ou 5% du commerce quotidien mondial du pétrole.

Les États-Unis ont imputé les attaques à l'Iran, ce que la République islamique a nié, dénonçant des accusations «insensées».

Lire aussi:

La façade de la Banque de France en feu à Paris, les tensions se poursuivent - vidéo
Projectiles, véhicules incendiés, gaz lacrymogène: la manifestation contre la loi Sécurité globale dégénère à Paris
Ne pas consommer cet aliment engendrerait diverses maladies graves, dont le cancer
L'hommage de Macron à Maradona indigne le Venezuela qui le tacle sur les Gilets jaunes
Tags:
coalition, ONU, Arabie Saoudite, Iran, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook