Ecoutez Radio Sputnik
    Jean-Claude Juncker

    Brexit: Juncker avoue ne pas avoir de «relation érotique» à la clause du backstop

    © AFP 2019 Patrick Hertzog
    International
    URL courte
    9311
    S'abonner

    Jean-Claude Juncker a avoué qu’il n’était pas trop attaché à la clause du backstop et qu’un accord entre Londres et Bruxelles sur la sortie du Royaume-Uni de l’UE était toujours possible.

    Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker s’est déclaré disposé à abandonner le dénommé backstop (filet de sécurité) visant à éviter le retour d’une frontière physique entre la nation constitutive britannique d’Irlande du Nord et la République d’Irlande, État membre de l’UE.

    «Je n’ai pas une relation érotique au backstop. Mais si les résultats sont là, je me fiche des instruments. Si les objectifs sont là, tous les objectifs, alors nous n’avons pas besoin du backstop», a déclaré le chef de l’exécutif européen dans un entretien accordé à la chaîne privée britannique Sky News.

    La clause du backstop prévoit que l’ensemble du Royaume-Uni reste dans un «territoire douanier unique» avec l’Union européenne faute de meilleure solution à l’issue d’une période transitoire en vue d’éviter le rétablissement d’une frontière en Irlande.

    «Nous pouvons avoir un accord»

    M.Juncker a en outre qualifié de «plutôt positive» sa récente rencontre avec le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui exige lui l’abandon du backstop.

    «Je pense que nous pouvons avoir un accord», a-t-il estimé tout en soulignant son hostilité à l’égard d’un éventuel «no deal» qui aurait selon lui «des conséquences catastrophiques».

    «Il est meilleur, et pour la Grande-Bretagne et pour l’Union européenne, d’avoir un accord», a insisté M.Juncker.

    Tags:
    Boris Johnson, frontière, Irlande, Union européenne (UE), Brexit, Jean-Claude Juncker
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik