Ecoutez Radio Sputnik
    La Banque centrale d'Iran

    Banque d’Iran de nouveau frappée de sanctions US: Washington n’a plus de leviers de pression

    CC BY-SA 2.0 / Ensie & Matthias / 1120. Central Bank of Iran, Tehran
    International
    URL courte
    141665
    S'abonner

    Les autorités américaines ne parviennent plus à trouver des moyens pour menacer l’Iran, a estimé Abdolnaser Hemmati, gouverneur de la Banque centrale d’Iran visée par de nouvelles sanctions des États-Unis.

    Les États-Unis n’arrivent plus à trouver des moyens pour exercer des pressions sur Téhéran, a déclaré vendredi 20 septembre le gouverneur de la Banque centrale iranienne, Abdolnaser Hemmati, après l’adoption par Washington d’un autre train de sanctions contre la banque.

    «Les nouvelles sanctions adoptées par le gouvernement des États-Unis contre la Banque centrale d’Iran montrent qu’ils ont les mains vides quand ils cherchent des leviers de pression contre l’Iran», a indiqué M.Hemmati.

    Le secrétaire américain du Trésor Steven Mnuchin avait déclaré ce vendredi 20 septembre que les États-Unis avaient imposé des sanctions contre la Banque centrale d’Iran, le Fonds national du développement iranien et la société iranienne Etemad Tejarate Pars Co. Il a fait cette déclaration peu après que le Président Trump a annoncé l’adoption de sanctions contre la Banque centrale d’Iran.

    La Banque centrale d'Iran est la plus grande institution financière commerciale du pays. Ses actifs s'élèvent à environ 80 milliards de dollars, selon les données de 2016.

    Les relations entre les États-Unis et l'Iran se sont détériorées davantage suite à l’attaque de drones menée le 14 septembre contre les installations pétrolières de la compagnie saoudienne Aramco au Yémen. L’attaque a été revendiquée par les Houthis yéménites. Mais Washington et ses alliés l’ont imputée à l’Iran. Téhéran rejette ces accusations en les qualifiant d’«insensées».

    Tags:
    Abdolnaser Hemmati, pressions, sanctions, États-Unis, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik