Ecoutez Radio Sputnik
    des fraises

    Des aiguilles à coudre refont leur apparition dans des fraises en Australie

    CC0 / stevepb / des fraises
    International
    URL courte
    3111
    S'abonner

    Les fraises piégées avec des aiguilles à coudre en Australie, qui avaient déjà semé la panique dans le pays il y un an, refont leur apparition dans des magasins australiens en ce mois de septembre. Deux incidents ont d’ores et déjà été signalés.

    La police australienne de l’État de Victoria enquête sur la découverte d'aiguilles à coudre dans des fraises achetées dans des supermarchés, rapporte The Age.

    Selon l'une des victimes, celle-ci a trouvé une aiguille dans l’un de ces fruits alors qu'elle allait le cuisiner pour préparer un gâteau de fête.

    «J'étais choquée, je ne pouvais pas y croire. Deux de mes enfants tenaient déjà des fraises dans leurs mains et allaient les manger. J’ai eu de la chance d’en avoir une sous les yeux», a-t-elle déclaré.

    Un incident similaire s'est également produit il y a deux semaines.

    Panique parmi les consommateurs australiens en 2018

    L'affaire des aiguilles à coudre et des épingles dans les fraises vendues par des magasins australiens a éclaté en septembre 2018. Des fruits truffés d'aiguilles ont été découverts dans six États australiens provoquant la détresse des producteurs et la panique de certains consommateurs.

    Plus d'une centaine de cas présumés de «fraises piégées» avaient été signalés, après l'hospitalisation pour des douleurs à l'estomac d'un homme ayant consommé ces fruits. Un incident similaire avait également été signalé en Nouvelle-Zélande. Outre les fraises, des aiguilles et épingles avaient été découvertes dans des pommes, des bananes et des mangues.

    Une femme de 50 ans qui travaillait dans une ferme où avaient été produites certaines des fraises a depuis été arrêtée et inculpée dans l'État du Queensland (nord-est).

    Tags:
    supermarché, aiguilles, fraise, Australie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik