International
URL courte
8168
S'abonner

La diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux montrant un Palestinien en train de violenter sa fille de trois ans, à Riyad, a scandalisé les Saoudiens, entraînant son arrestation par la police le 22 septembre. Dans un autre enregistrement, le prévenu précise que la vidéo est ancienne, et qu’il souffrait à cette époque de troubles psychologiques.

Un Palestinien a été arrêté dimanche 22 septembre par la police de Riyad, en Arabie saoudite, suite à la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux le montrant en train de torturer sa fille âgée de trois ans. Dans l’enregistrement qui a provoqué un tollé, on le voit gifler sa fille et lui tirer violemment ses oreilles.

Une fois relâché, l’homme en question, Youssef Al Qatiti, s’est expliqué sur les raisons de son comportement, indiquant que l’enregistrement était ancien. Dans une nouvelle vidéo, il affirme qu’il s’occupait actuellement seul de ses quatre enfants, que sa femme lui a confiés depuis plus de 15 jours, sans le moindre incident.

«L’enregistrement est ancien. Au moment des faits, j’essayais d’apprendre à marcher à ma fille qui avait peur de poser ses pieds par terre. J’étais dans un état psychologique très difficile. Je demande pardon au procureur ainsi qu’à tous les gens que cette vidéo a choqué», a-t-il ajouté.

«Depuis plus de 15 jours, je m’occupe seul de mes quatre enfants, et il n’y a ni violence ni torture», explique-t-il dans le même enregistrement, dans lequel apparaît sa fille, plus âgée qu’au moment des faits.

«Acte criminel»

Contactée par la radio palestinienne Raya, la famille de Youssef Al Katiti, qui vie à Ghaza, a dénoncé un «acte criminel» et «scandale familial».

S’exprimant sur les ondes de la radio, un membre de la famille, Zoheir Al Qatiti, a affirmé que la vidéo remontait effectivement à plusieurs mois. À ce moment-là, Youssef était sans emploi, a-t-il précisé.

Bien que relâché par la police, Youssef Al Qatiti est actuellement poursuivi en justice par le procureur, la Commission des droits de l'homme et l'Unité de protection contre la violence, note le média.

Lire aussi:

La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
Tags:
enfants, violence domestique, violences, Arabie Saoudite, Riyad
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook