International
URL courte
9185
S'abonner

Antonio Guterres, secrétaire général de l'Onu, après avoir annoncé la création d’un comité constitutionnel pour la Syrie, a exprimé l’espoir que celui-ci commence son travail «dans les semaines à venir».

Le travail du comité constitutionnel pour la Syrie, dont la création a été annoncée le 23 septembre par le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, démarrera bientôt à Genève. En effet, selon les dires du responsable, «le comité constitutionnel sera convoqué dans les semaines à venir».

Qui plus est, Antonio Guterres a salué les progrès réalisés par le gouvernement et l’opposition syriens.

Ensuite, il a tenu à souligner les efforts de la Russie, de l’Iran et de la Turquie qui ont œuvré à cet accord.

«J’apprécie hautement la participation diplomatique des autorités russes, turques et iraniennes, qui ont soutenu la conclusion de l’accord», a ainsi déclaré Antonio Guterres.

Plus tôt, le secrétaire général de l'Onu avait annoncé la création du comité constitutionnel pour la Syrie.

«Je crois fermement que le lancement d'un comité constitutionnel, organisé et dirigé par les Syriens, peut être le début d'une voie politique vers une solution». C’est dans ces termes qu’Antonio Guterres s’est adressé à la presse lundi 23 septembre.

L'idée de ce comité constitutionnel avait été agréée formellement en janvier 2018, sous l'impulsion de la Russie. Le comité comprend 150 personnes, dont 50 choisies par le gouvernement, 50 autres par l'opposition et les 50 dernières par l'Onu afin d’inclure des représentants de la société civile, rappelle l’AFP.

Lire aussi:

Sarkozy placé sous bracelet électronique? L’ex-Président rattrapé par son vieux tweet
Ce chasseur russe est l’un des plus beaux du monde, selon les lecteurs d’un site américain
Un ancien ministre de Hollande et Mitterrand entendu sur des accusations de viols sur mineur
Les États-Unis s’abstiennent de partager leurs vaccins anti-Covid avec d’autres pays
Tags:
ONU, politique, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook