Ecoutez Radio Sputnik
    Greta Thunberg à l'Onu

    Le porte-parole du Kremlin se dit préoccupé pour Greta Thunberg suite à son discours à l’Onu

    © AFP 2019 STEPHANIE KEITH
    International
    URL courte
    74e session de l'Assemblée générale de l'Onu (25)
    13519744
    S'abonner

    Après l’intervention de Greta Thunberg à la tribune de l’Onu, le porte-parole de Vladimir Poutine a confirmé «la question sensible» liée au climat, exprimant aussi sa préoccupation concernant les surcharges émotionnelles que pouvait rencontrer la jeune militante écologiste.

    Le Kremlin a porté son attention sur le discours de la militante écologiste suédoise Greta Thunberg, sans pour autant se focaliser dessus, a déclaré Dmitri Peskov, porte-parole du Président russe.

    «L'essentiel est que cette fille aille bien. Qu'elle ne connaisse pas de surcharge émotionnelle. Que son jeune organisme délicat supporte tout cela. Mais la question est, bien sûr, justifiée. La question est sensible».

    «Il est peut-être nécessaire d’expliquer à cette jeune fille que plusieurs pays font beaucoup de choses: que ce soit des pays ou des organisations, à savoir des organisations privées et des organisations publiques. Et de véritables efforts sont actuellement déployés pour faire face à la menace et aux défis auxquels l’humanité est confrontée dans les domaines de l’écologie et du climat», a souligné Dmitri Peskov.

    Il a précisé que l'écologie faisait partie intégrante des projets nationaux russes, et a rappelé que la Russie avait signé et adhéré à l'accord de Paris sur le climat et à d'autres documents internationaux dans ce domaine.

    Greta Thunberg à la tribune de l’Onu

    La Suédoise Greta Thunberg, symbole internationale de la conscience climatique de la jeunesse, a dénoncé le 23 septembre à l’Onu l’inaction des dirigeants du monde sur le climat.

    «Je ne devrais pas être là, je devrais être à l'école, de l'autre côté de l'océan», a lancé la lycéenne. «Comment osez-vous? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses».

    Après son discours et l'annonce d'une action contre cinq pays, dont la France, Emmanuel Macron a répondu à la jeune activiste sans la nommer sur Europe 1: «Des positions très radicales sont de nature à antagoniser nos sociétés».

    Dossier:
    74e session de l'Assemblée générale de l'Onu (25)

    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Un important incendie embrase le porte-avions russe Amiral Kouznetsov, des blessés, dont des militaires - vidéos
    Jean-Michel Aphatie sur Éric Zemmour: «C'est un cochon de la pensée» - vidéo
    Tags:
    Kremlin, Dmitri Peskov, Greta Thunberg, ONU, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik