International
URL courte
17654
S'abonner

Lors de son discours à l’Onu, Recep Tayyip Erdogan est revenu sur la question de la détention de l’arme nucléaire. Il a appelé à soit l’interdire soit à la rendre accessible à tous les pays.

Le Président turc a présenté sa vision sur la question de la possession de l’arme nucléaire dans le monde, alors qu’il prononçait ce mardi 24 septembre un discours à l’occasion de la 74e session de l’Assemblée nationale de l’Onu à New York.

«Aujourd’hui, nous faisons face à un problème d’injustice. Ceux qui possèdent l’arme nucléaire l’utilisent comme moyen de pression, menaçant ceux qui ne l’ont pas. Il faut soit l’interdire à tout le monde, soit la rendre accessible à tout le monde», a notamment dit Erdogan.

Il a en outre appelé à reformer le Conseil de sécurité de l’Onu.

«Le monde compte plus de cinq pays membres [permanents du Conseil de sécurité, ndlr]. Le moment est venu de changer cette mentalité», a poursuivi le Président turc.

L’arme nucléaire pour la Turquie?

Ce n’est pas la première fois que Recep Tayyip Erdogan aborde le sujet. Auparavant, intervenant dans la ville de Sivas, en Turquie, il avait qualifié d’«injuste» le fait qu’Ankara soit privé de la possibilité de développer sa propre arme nucléaire. D’après lui, il n’existe aujourd’hui «presque pas» de pays développés qui ne disposent pas de ce type d’arme.

Recep Tayyip Erdogan a également souligné que son pays était en train d’œuvrer pour le renforcement de ses capacités militaires. À titre d’exemple, il a cité le récent achat de systèmes de missiles russes S-400 en dépit des pressions américaines.

Pour rappel, la Turquie est depuis 1980 signataire du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP).

Lire aussi:

Un berger allemand défigure une ado en pleine séance photo d’un coup de mâchoire - images
Après de nombreuses péripéties, Erdogan annonce la fin de la réalisation de l’accord sur les S-400
L’homme et la femme les plus riches du monde sont Français, selon Forbes
Tags:
armes nucléaires, Recep Tayyip Erdogan, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik