International
URL courte
0 120
S'abonner

En Corée du Sud, une femme enceinte a perdu son enfant après que le médecin a, par erreur, procédé à un avortement sur celle-ci, selon le Korea Herald.

Lundi 23 septembre, la police de Séoul a annoncé avoir arrêté un gynécologue et une infirmière pour négligence professionnelle. Ceux-ci sont responsables d’avoir pratiqué un avortement sur une femme enceinte de six semaines sans avoir vérifié l’identité de la patiente avant l’opération.

Selon les enquêteurs, la victime présumée est de nationalité vietnamienne. Lorsqu’elle a été admise à l’hôpital, l’infirmière a confondu son dossier médical avec celui d’une autre patiente. Elle lui a injecté un produit anesthésiant, le docteur a ensuite procédé à l’avortement, rapporte le Korea Herald.

La femme est revenue le lendemain à l’hôpital à cause de pertes sanguines. Elle a alors appris que le fœtus avait été avorté.

Une inculpation pour avortement sans accord a été considérée, mais la victime n’était pas consciente lors de l’opération et ne pouvait donc pas exprimer son accord ou désaccord. Selon la loi sud-coréenne, les deux suspects ne pouvaient donc pas être arrêtés pour de telles charges, a expliqué la police.

Dans la plupart des situations, l’avortement est illégal en Corée du Sud.

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Tags:
Vietnam, Séoul, hôpital, erreur humaine, avortement, Corée du Sud
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook