Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau de Daech*

    Des dizaines de djihadistes français partis de Syrie repérés en Asie du Sud-Est

    © Sputnik . Andreï Stenine
    International
    URL courte
    4624
    S'abonner

    Ayant quitté le gouvernorat d’Idlib, une quarantaine de djihadistes français ont rejoint «des wilayat» en Asie du Sud-Est, en Afghanistan et dans la zone sahélienne, selon le coordinateur national du renseignement.

    Près de 40 djihadistes français sont parvenus à quitter le gouvernorat d'Idlib, en Syrie, pour rejoindre d'autres cellules du groupe Daech* en Asie du Sud-Est, en Afghanistan et au Sahel, rapporte l’AFP qui se base sur les affirmations du coordinateur national du renseignement, Pierre de Bousquet de Florian.

    Intervenant lors de la conférence de rentrée du Centre de réflexion sur la sécurité intérieure (CRSI), le préfet de Bousquet de Florian a fait valoir qu'il y avait actuellement «10.000 djihadistes» dans cette région du nord-ouest de la Syrie.

    Selon le coordinateur national du renseignement et de la lutte antiterroriste, 39 djihadistes français ont quitté le gouvernorat. Ils ont rejoint, a-t-il ajouté cité par l’agence, «des wilayat ["provinces" sous contrôle de Daech*, ndlr] en Asie du Sud-Est, en Afghanistan et dans la zone sahélienne».

    En 2019, une seule personne a quitté la France pour rejoindre la Syrie, a par ailleurs fait valoir une source du renseignement.

    Le préfet de Bousquet de Florian a souligné que si l'on observait «une baisse de l'intensité des attentats», pour autant «la menace terroriste n'a pas disparu». «Tous les éléments qui ont nourri les attentats sont encore en place», a-t-il souligné.

    «Le risque de menace projetée du Levant a bien baissé», a-t-il poursuivi, mais Daech* «s'est montré extrêmement résilient [...] il a des réserves, des réseaux dans le pays».

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Tags:
    Afghanistan, Asie du Sud-Est, France, djihadisme
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik