International
URL courte
1290
S'abonner

Le message dans lequel Vladimir Poutine a proposé aux pays membres de l’Otan d’interdire le déploiement de missiles à courte et moyenne portée en Europe était destiné à empêcher l’escalade des tensions, explique le Kremlin.

Vladimir Poutine a effectivement abordé le sujet des missiles à courte et moyenne portée dans un message destiné à des dirigeants étrangers, a déclaré ce jeudi 26 septembre le Kremlin, confirmant ainsi les informations du quotidien russe Kommersant.

Le porte-parole de la présidence, Dmitri Peskov, a précisé que ce message avait été envoyé aux «principaux pays d’Europe et d’Asie» ainsi qu’à plusieurs organisations internationales.

«Malgré le fait que le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) ait été enterré par la faute de Washington, le Président Poutine déploie toujours des efforts pour empêcher […] la déstabilisation de la situation en matière de sécurité et de stabilité globales», a-t-il indiqué.

Il a ajouté que le format de ce message n’exigeait pas forcément une réponse, tout en indiquant qu’«en même temps, nous n’avions pas rencontré de compréhension».

Citant une source d’un des États destinataires qui a pu consulter le document en question, Kommersant avait plus tôt annoncé que le Président russe s’était adressé à des dizaines de pays, et notamment à ceux de l’Alliance du nord, en leur proposant d’interdire le déploiement de missiles à courte et moyenne portée en Europe.

Fin du FNI

Les États-Unis et la Russie ont cessé de respecter le Traité sur les forces nucléaires intermédiaires (FNI) le 2 août. Le document a été enterré à l’initiative de Washington qui s’en est retiré de façon unilatéral en accusant Moscou de ne pas respecter ses termes, ce que la Russie a démenti.

À la mi-août 2019, le Pentagone a de plus annoncé avoir testé un missile de croisière dotée d’une ogive conventionnelle qui a atteint sa cible après plus de 500 kilomètres de vol. Il s'agissait du premier essai de ce genre depuis que les États-Unis avaient pris la décision de se retirer du Traité signé avec la Russie en 1987 et qui interdisait de tels tests.

Lire aussi:

Une photo de nouveaux élus faisant des doigts d’honneur déclenche un scandale dans l'Oise
Ce légume est le plus utile pour la santé, affirme un docteur russe
Une boulette de BFM TV fait voir rouge à Jean-Luc Mélenchon
Tags:
Dmitri Peskov, missiles, Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), message, OTAN, Kremlin, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook