International
URL courte
9236
S'abonner

Suite au sommet de l’Onu sur le climat qui a mis en vedette la jeune militante écologique Greta Thunberg, Pyongyang a annoncé qu’il réduirait ses émissions de carbone de 16,4% d’ici à 2030. Selon son représentant à l’Onu, la solution au réchauffement climatique ne peut plus être reportée.

Le discours enflammé de Greta Thunberg en a fait réagir plus d’un… dont les autorités nord-coréennes? Le chef de la délégation de ce pays au sommet de l'Onu sur le climat a annoncé le 23 septembre que son gouvernement envisageait de réduire les émissions de carbone de 16,4% d’ici à 2030, a indiqué vendredi l'Agence centrale de presse nord-coréenne.

Selon lui, la Corée du Nord a élaboré des stratégies nationales visant à protéger l'environnement et à réduire les risques de catastrophes naturelles en réponse au changement climatique mondial.

Dans le cadre de ces stratégies, les autorités prévoient également de réduire les émissions annuelles de gaz à effet de serre de 36%. Le représentant nord-coréen auprès de l’Onu a ajouté que la solution au problème du climat ne pouvait plus être reportée.

Une pique lancée aux USA?

Il a appelé tous les pays des Nations unies à évaluer la question du changement climatique en termes d'éthique et de moralité et a noté que certains États l'ignoraient délibérément pour privilégier leurs intérêts économiques. Le chef de la délégation a déclaré que les pays développés devaient reconnaître leur responsabilité historique en matière de réchauffement de la planète.

Ce commentaire serait une référence au retrait des États-Unis de l’accord de Paris. Le 1er juin 2017, le Président Donald Trump a en effet annoncé, comme il l'avait promis durant sa campagne, que son pays se retirait dudit accord.

​Greta Thunberg à l’Onu

Lors de son discours au début du sommet à New York, la Suédoise de 16 ans a violemment critiqué les dirigeants mondiaux pour leur inaction contre le réchauffement climatique.

Selon elle, alors que tout le monde parle «d’argent et des contes de fées de croissance économique éternelle», l’humanité assiste à l’effondrement d’écosystèmes entiers et se trouve au «début d'une extinction de masse».

La militante a répété les faits scientifiques confirmant le réchauffement accéléré de la planète pour s’en prendre ensuite aux chefs d'État et de gouvernement présents au même sommet.

Lire aussi:

Les autorités ont «menti» sur l’inutilité des masques pour «une bonne cause», estime une journaliste
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Tags:
gaz, Corée du Nord, ONU, Greta Thunberg
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook